Cambodge: L'idéologue et numéro 2 des Khmers Rouges Nuon Chea est mort à 93 ans

DICTATURE Le régime des Khmers Rouges avait tué près d’un quart de la population du pays en trois ans

J.-L. D. avec AFP

— 

Nuon Chea
Nuon Chea — Nhet Sok Heng/AP/SIPA

L’idéologue et numéro 2 des Khmers rouges Nuon Chea est mort dimanche à 93 ans, a annoncé dimanche un porte-parole du tribunal cambodgien devant lequel il était accusé de génocide et de crimes contre l’humanité. Entre 1975 et 1979, pendant la période du régime, environ un quart de la population du pays est morte d’épuisement, de maladie, sous la torture ou au gré des exécutions de la dictature.

« Nous sommes en mesure de confirmer que l’accusé Nuon Chea (…) est décédé le soir du 4 août 2019 », a déclaré le porte-parole, Neth Pheaktra.

Condamné à perpétuité

En 2014, il avait été condamné à la prison à perpétuité pour « crimes contre l’humanité », une peine confirmée en 2016 en appel. Il avait également été reconnu coupable en 2018 de « génocide » à l’encontre de Vietnamiens, de membres de la communauté des Chams et d’autres minorités religieuses. Ce chef d’accusation ne concernait pas les massacres, fussent-ils de masse, des Khmers par les Khmers qui ne sont pas considérés par les Nations unies comme un génocide.

Né le 7 juillet 1926 dans la province de Battambang (nord-ouest), Nuon Chea avait étudié le droit à la prestigieuse université de Thammasat à Bangkok de 1941 à 1948. Il avait adhéré au mouvement de jeunesse du Parti communiste thaïlandais, puis rejoint le Cambodge, où il avait intégré la résistance contre la puissance coloniale française. Il avait alors aidé à organiser, avec Pol Pot (décédé en 1998), le futur Parti communiste du Kampuchéa.

Dans le dernier bastion des Khmers rouges, des étudiants face à l'Histoire