Eglise: Le pape demande «transparence» et «solidarité» avec les victimes d’abus

ABUS SEXUELS Il souhaite privilégier une « culture de la sollicitude » plutôt qu’une « culture de l’abus »

J.-L.D. avec AFP

— 

Le pape François
Le pape François — LIONEL URMAN/SIPA

Le pape François a une nouvelle fois demandé dimanche « transparence, sincérité et solidarité » avec les victimes de prêtres, et à privilégier « la culture basée sur la sollicitude » à la « culture de l’abus ».

« Ces derniers temps nous avons pu entendre avec davantage de clarté le cri, souvent silencieux et réduit au silence, de nos frères victimes d’abus de pouvoir, d’abus de conscience et d’abus sexuel de la part de ministres ordonnés », écrit-il dans une lettre adressée aux prêtres à l’occasion du 160e anniversaire de la mort du curé français connu comme le saint Curé d’Ars.

Une nouvelle manière de « faire l’histoire »

« Nous sommes fermement engagés dans la mise en application des réformes nécessaires pour stimuler, dès la racine, une culture basée sur la sollicitude pastorale, de manière à ce que la culture de l’abus ne trouve pas d’espace pour se développer », poursuit-il.

« Si, par le passé, l’omission a pu se transformer en une forme de réponse, nous voulons aujourd’hui que (…) la transparence, la sincérité et la solidarité avec les victimes deviennent notre manière de faire l’histoire et nous aide à être plus attentifs à toute souffrance humaine », assure le pape argentin.

La législation interne de l’Eglise modifiée

Confronté à une série de scandales d’abus sexuels au sein de l’Eglise catholique, le pape François avait organisé en février un sommet mondial d’évêques sur la question en promettant des actions concrètes.

Début mai, il a changé la législation interne de l’Eglise pour rendre obligatoire le signalement par des prêtres ou religieux de tout soupçon d’agression sexuelle ou de harcèlement.

Les autres prêtres salués

La lettre émise directement par le pape oblige également à signaler toute tentative par la hiérarchie catholique de couvrir des abus sexuels perpétrés par un prêtre ou un religieux.

Elle somme, en outre, tous les diocèses du monde de mettre en place, dans un délai d’un an, un système permettant au public de signaler des cas d’agressions.

Dans sa lettre dimanche, le pape salue également les prêtres « innombrables » qui « font de leur vie une œuvre de miséricorde ».