Fusillade dans une zone commerciale au Texas: 20 morts, 26 blessés, un suspect de 21 ans arrêté

ETATS-UNIS Le tireur présumé, un jeune homme blanc, est originaire de la banlieue de Dallas et aurait agi par « haine » des Hispaniques

B.D. et C.C. avec AFP

— 

Des personnes rassemblées devant le centre commercial Cielo Vista à El Paso, le 3 août 2019.
Des personnes rassemblées devant le centre commercial Cielo Vista à El Paso, le 3 août 2019. — Courtesy of KTSM 9 / KTSM 9 news Channel / AFP
  • Une fusillade a fait ce samedi en fin de matinée 20 morts et 26 blessés dans une zone commerciale d'El Paso, au Texas.
  • Un suspect, un homme blanc de 21 ans, a été arrêté.
  • Le tireur présumé, qui a agi dans cette ville située à la frontière avec le Mexique, dénonçait dans un manifeste qui lui est attribué une « invasion hispanique du Texas ».

Une fusillade dans une zone commerciale à El Paso, au Texas, ce samedi a fait 20 morts et 26 blessés, ont indiqué les autorités. Le suspect a été interpellé.

« Vingt personnes innocentes d'El Paso ont perdu la vie », a indiqué le gouverneur du Texas, Greg Abbott. Greg Allen, le chef de la police d'El Paso, a précisé que 26 personnes avaient également été blessées. Parmi les victimes, âgées de 2 à 82 ans, on dénombre trois Mexicains.

Le tireur présumé dénonçait une « invasion hispanique du Texas »

Robert Gomez, porte-parole de la police d'El Paso, a déclaré lors d'un point presse qu'« une seule personne avait été placée en garde à vue » après s'être rendue. Sur une capture d'écran de caméra de surveillance, mise en ligne par la chaîne locale KTSM, on la voit entrer dans l'hypermarché armé d'un fusil, les oreilles couvertes d'un casque anti-bruit.

Selon le gouverneur adjoint du Texas, Dan Patrick, il s'agit d'un homme blanc de 21 ans, Patrick Crusius, originaire d'Allen, dans la banlieue de Dallas. « Nous avons un manifeste de cet individu qui indique, dans une certaine mesure, un lien possible avec un crime de haine », a déclaré à la presse le chef de la police d'El Paso, Greg Allen. Un document, attribué au tireur, circule sur Internet. Son auteur y dénonce notamment une « invasion hispanique du Texas ». Aux Etats-Unis, ce qualificatif désigne traditionnellement un acte dirigé contre une personne ciblée en raison de certaines caractéristiques comme la race, la religion ou l'orientation sexuelle.

« Un acte violence haineux et insensé »

« Cette journée, qui aurait dû être normale pour des gens venus faire du shopping, s'est transformée en l'une des plus meurtrières de l'histoire du Texas », a déclaré Greg Abbott lors d'une conférence de presse.

La Maison-Blanche a fait savoir que le président américain, Donald Trump, avait été informé de la fusillade à El Paso et continuait à suivre la situation. Il a également échangé avec Greg Abbott et le ministre de la Justice Bill Barr.

« Alerte fusillade, restez loin de la galerie de Cielo Vista », avait tweeté la police vers 11h locales (18h à Paris), appelant la population à rester à distance, évoquant la présence de « plusieurs tireurs », et déployant d’importants renforts sur les lieux en fin de matinée. Selon les autorités, la police est intervenue « six minutes » après avoir été prévenue de la présence d'un tireur dans la zone commerciale.

Attaque au fusil d'assaut

Une femme, qui venait faire ses courses dans le supermarché Walmart très fréquenté par la communauté hispanique, a expliqué sur Fox News avoir entendu « comme des feux d’artifices » alors qu’elle cherchait une place de parking. « Je me suis dirigée vers la sortie », a poursuivi cette témoin prénommée Vanessa. « J’ai vu un homme avec un tee-shirt noir et un pantalon camouflage qui portait ce qui m’a semblé être un fusil. Il visait les gens et tirait directement sur eux. J’en ai vu trois ou quatre tomber par terre », a-t-elle poursuivi.

Robert Curado a raconté au journal El Paso Times s'être caché avec sa mère entre deux distributeurs à l'entrée du Walmart. « L'homme a essayé de me tirer de dessus,A mais il m'a raté car j'ai plongé », a-t-il raconté en assurant avoir reconnu un « AK-47 », un fusil d'assaut.

Sans attendre, les habitants d'El Paso ont répondu massivement à un appel à donner leur sang pour les blessés, qui ont été transférés dans plusieurs hôpitaux de la ville.

La zone bouclée

Les télévisions américaines montraient les forces de l’ordre déployées sur la zone. Des vidéos des lieux commencent à être diffusées sur les réseaux sociaux, comme celle d’un journaliste du El Paso Times.

Ou celle d’une journaliste de la chaîne locale KTSM 9, montrant l’intérieur d’un magasin où les visiteurs étaient évacués.

La chaîne de supermarchés Walmart s’est dite « sous le choc », et a indiqué « prier pour les victimes, la communauté et [ses] collaborateurs, ainsi que pour les premiers secours ».

La situation sous contrôle

Quand la fusillade a éclaté, vers 10h du matin heure locale, il y avait entre 1.000 et 3.000 clients et 100 employés dans le supermarché, selon Robert Gomez. « C'est bientôt la rentrée des classes et le Walmart était rempli quand les coups de feu ont retenti », a-t-il dit. Selon Robert Gomez, il n'y a pas d'autres tireurs en cavale. Le ministre de la Justice, Bill Barr, a promis de traduire rapidement en justice le responsable du massacre.

Les Etats-Unis sont régulièrement endeuillés par des fusillades. Deux personnes ont été tuées et un policier blessé mardi dans un supermarché de la chaîne Walmart dans le Mississippi. Et dimanche, trois personnes, dont un garçon de six ans, ont été tuées lorsqu’un tireur de 19 ans a ouvert le feu lors d’un festival de gastronomie à Gilroy en Californie, au sud de San Francisco.

249e fusillade ayant touché plus de 4 personnes cette année

Comme après chaque bain de sang, plusieurs voix se sont élevées pour réclamer une meilleure régulation du marché des armes à feu, dont la candidate à la primaire démocrate Elizabeth Warren.

Ou encore son concurrent Joe Biden :

Autre candidat à la primaire démocrate, Beto O'Rourke, originaire d'El Paso dont il a jusqu'à récemment été le représentant au Congrès, a lui été plus fort en accusant Donald Trump d'encourager le racisme aux Etats-Unis. « Nous assistons à une augmentation des crimes haineux chaque année depuis trois ans, sous une administration dont le président traite les Mexicains de violeurs et de criminels », a-t-il dénoncé après avoir rendu visite aux victimes dans un hôpital d'El Paso. « (Donald) Trump est un raciste et il attise le racisme dans ce pays », a-t-il insisté.

Selon l'ONG Gun Violence Archive, la tuerie d'El Paso est la 249e fusillade ayant touché quatre personnes ou plus depuis le début de l'année.