USA 2008

Comment une vidéo longue et barbante fait fureur sur You Tube

Une vidéo datant de 2004 fait un tabac chez les républicains: quand les démocrates s'opposaient à la régulation de Fannie Mae et Freddie Mac.

La présidentielle américaine, c'est de l'actu, mais c'est aussi beaucoup de buzz. Tous les jours (ou presque), 20minutes.fr vous fait découvrir ce qui agite les blogs et les sites américains.

LeBuzzdujour
De notre correspondant à New York

Cette vidéo politique fait le tour le web. Pourtant, elle est en apparence nettement moins susceptible de générer du buzz sur YouTube que, disons, Sarah Palin en maillot de bain. Une réunion du sous-comité des entreprises sponsorisés par le gouvernement (GSE, ou government sponsorized entreprises) du Congrès, datant de 2004:



Pourtant cette vidéo est une petite bombe en puissance qui risque de passer inaperçue dans le chaos de la crise financière. On y voit des représentants républicains proposer de durcir la régulation de Fannie Mae et Freddie Mac, les organismes de refinancement hypothécaires dont la mise sous tutelle pourrait coûter jusqu'à 200 milliards de dollars au gouvernement américain. Les républicains mettent en garde contre les dérives de ces deux firmes chargées de racheter des prêts immobilier aux banques. Face à eux, un panel de démocrates s'offusquent que l'on puisse critiquer ces deux sociétés. Parmi eux, Barney Frank, le représentant du Massachusetts, aujourd'hui à la tête du comité des finances du Congrès, et à ce titre l'un des négociateurs en chef de feu le plan Paulson: "Je ne vois rien dans ce rapport qui puisse soulever des questions de sécurité et de solidité [de ces deux sociétés]." Un autre démocrate va même jusqu'à évoquer un "lynchage" de Franklin Raines, le président (afro-américain) de Fannie Mae.

Après avoir commencé à circuler il y a quelques jours sur certains blogs conservateurs, la vidéo est tombée entre les mains de l'animateur radio conservateur Rush Limbaugh qui y a consacré une bonne partie des trois heures de son émission quotidienne (suivie par entre 14 et 20 millions d'auditeurs). De quoi doper son audience et convaincre un peu plus les électeurs républicains que les démocrates ont beaucoup de choses à cacher dans le plan de sauvetage enterré en grande pompe aujourd'hui. Et notamment leurs propres pêchés dans la gestion de Fannie Mae et Freddie Mac.