Royaume-Uni: Boris Johnson affaibli au Parlement après une élection locale perdue par les conservateurs

BREXIT Le Premier ministre n'a plus qu'une voix d'avance au Parlement pour faire voter son plan de sortie de l'Union européenne

20 Minutes avec AFP

— 

Le premier ministre britannique Boris Johnson, le 27 juillet 2019 à Manchester.
Le premier ministre britannique Boris Johnson, le 27 juillet 2019 à Manchester. — AFP

Premier revers électoral pour Boris Johnson. L’élection partielle qui s’est tenue jeudi dans une circonscription du Royaume-Uni a débouché sur la défaite de son candidat. Sa faible majorité parlementaire ne tient plus désormais qu’à une voix, compliquant sa stratégie pour le Brexit.

Dans cette région qui avait voté à 52 % pour le Brexit, c’est la candidate européenne Jane Dodd qui est arrivée en première position, avec 13.826 voix contre 12.401 pour le conservateur. Le candidat du Parti du Brexit a obtenu pour sa part 3.331 voix, tandis que le Parti travailliste est arrivé en quatrième position avec 1.680 voix.

Le budget du Brexit doublé

Le député sortant Chris Davies, avait été destitué par ses électeurs, à la suite de sa condamnation pour fausses déclarations de dépenses. Estimant avoir fait une erreur, Chris Davies s’était présenté de nouveau. Cette défaite fragilise le tout nouveau gouvernement qui vient d’annoncer le doublement de son budget annuel consacré aux préparatifs d’un Brexit sans accord, en leur allouant 2,1 milliards de livres supplémentaires (2,3 milliards d’euros).

Cet argent servira à « accélérer les préparations à la frontière, soutenir les préparatifs des entreprises et assurer l’approvisionnement des médicaments essentiels » ainsi qu’à lancer une nouvelle campagne de communication sur le Brexit, a précisé le ministère des Finances. Au total, 6,3 milliards de livres (6,9 milliards d’euros) auront été alloués pour préparer le Brexit, dont 4,2 milliards cette année.

Départ prévu le 31 octobre

« Depuis que je suis arrivé au Trésor, j’ai mis le turbo pour nos préparatifs […] pour un Brexit sans accord, non parce que nous le voulons, mais nous devons être préparés car nous partirons le 31 octobre », a déclaré jeudi le nouveau ministre des Finances Sajid Javid.

Si Boris Johnson veut renégocier l’accord de retrait conclu entre l’ancienne Première ministre Theresa May et Bruxelles – ce que l’Union européenne exclut – il a affirmé qu’en cas d’échec, il ne demanderait pas de nouveau report du Brexit et que le Royaume-Uni quitterait l’UE, accord ou pas, le 31 octobre.