Ebola: Un quatrième cas confirmé en RDC, la frontière avec le Rwanda rouverte

EPIDEMIE Au lendemain de la mort d'un homme atteint du virus, son épouse et sa fille ont été testées positive

S.A avec AFP

— 

La frontière entre la RDC et le Rwanda a été rouverte jeudi après-midi après huit heures de fermeture, à la suite d'un nouveau cas du virus Ebola.
La frontière entre la RDC et le Rwanda a été rouverte jeudi après-midi après huit heures de fermeture, à la suite d'un nouveau cas du virus Ebola. — /AP/SIPA

Quatre cas en deux semaines. Une quatrième personne a été testée positive au virus d'Ebola à Goma jeudi. Il s’agit d’une femme dont le mari est décédé mercredi après avoir été contaminé par l’épidémie qui a causé plus de 1.800 décès dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), indique l' OMS.

« Nous sommes en train d’effectuer les investigations autour de ce cas », a déclaré à l’AFP, le Dr Boubacar Diallo, coordonnateur en charge de la surveillance de cette épidémie d’Ebola pour le compte de l’OMS.

Reprise du trafic entre le Rwanda et la RDC

Mercredi, la fillette de ce couple a également été testée positive au virus Ebola. Elle a présenté des signes cliniques de la maladie, quelques heures après la mort de son père, selon les autorités sanitaires congolaises. A la suite de cette découverte, le Rwanda avait décidé jeudi matin de fermer sa frontière avec la RDC.

Elle a été rouverte huit heures après cet arrêté et le trafic a repris entre la ville congolaise de Goma et la ville rwandaise de Gisenyi. « Le trafic entre Goma et Gisenyi a repris en début d’après-midi ce jeudi. Fermée le matin sans explication (par le Rwanda, ndlr), la frontière a été rouverte et les populations peuvent se mouvoir dans les deux sens », indique un communiqué de la présidence congolaise.

Dixième épidémie de fièvre hémorragique

Le deuxième malade d’Ebola décédé mercredi à Goma, était un orpailleur qui travaillait à Mungwalu dans la province voisine de l’Ituri, dans l’est de la RDC, mais vivait avec son épouse et leurs dix enfants dans le quartier pauvre de Kiziba dans le nord de Goma. Il a présenté des signes de la fièvre hémorragique le 22 juillet. Il a reçu des soins ambulatoires dans un centre communautaire mais ne s’était rendu à l’hôpital de référence de Goma que le 30 juillet où il a été directement transféré à un centre spécialisé.

Un premier cas enregistré dans une métropole avait été détecté à Goma mi-juillet, un homme présenté comme un pasteur qui venait de Butembo, l’un des principaux foyers de la maladie à 250 km à vol d’oiseau au nord. Le lendemain de son décès, le 17 juillet, l’OMS avait élevé la dixième épidémie de fièvre hémorragique Ebola en RDC au rang d'urgence sanitaire mondiale.

Relativement circonscrite dans deux provinces (Nord-Kivu dans l’est et Ituri dans le nord-est), sa propagation à de grands centres urbains densément peuplés et au-delà des frontières de la RDC lui donnerait une nouvelle dimension.

Selon le bulletin quotidien des autorités sanitaires congolaises daté de mercredi, « le cumul des cas est de 2.701, dont 2.607 confirmés et 94 probables. Au total, il y a eu 1.813 décès (1.719 confirmés et 94 probables) et 776 personnes guéries ».