VIDEO. Fusillade en Californie: Ce que l’on sait sur le tireur, qui a tué trois personnes dont un enfant de 6 ans

ETATS-UNIS Santino William Legan, 19 ans, a été abattu par la police et avait fait référence à un texte très populaire chez les suprémacistes blancs sur Instagram

P.B.

— 

Des policiers au festival de Gilroy, en Californie, où s'est déroulée une fusillade le 29 juillet 2019
Des policiers au festival de Gilroy, en Californie, où s'est déroulée une fusillade le 29 juillet 2019 — David Royal/AP/SIPA

Il a ouvert le feu « au hasard », tuant trois personnes dont un enfant de 6 ans, et en blessant 15 autres avant d’être abattu par la police. Lundi, les autorités ont identifié l’auteur de la fusillade survenue la veille dans un festival à Gilroy, en Californie. Il s’agit d’un jeune homme de 19 ans, Santino William Legan. Ses motivations ne sont pas encore connues mais il avait fait référence sur Instagram à un texte très populaire chez les suprémacistes blancs, et affirmé, selon des témoins, qu’il était « très en colère ».

Le chef de la police locale, Scot Smithee, a indiqué que le tireur avait acheté une mitraillette « de type AK-47 » légalement dans le Nevada. Il n’a pas précisé si l’arme avait été modifiée, alors que la vente de fusils totalement automatiques est interdite aux Etats-Unis.

Il y avait des détecteurs de métaux à l’entrée du festival, mais Santino William Legan a découpé la clôture avec un outil pour entrer. Il a été neutralisé par des policiers moins d’une minute après avoir ouvert le feu. Scot Smithee a salué « le courage » des officiers, sans qui le bilan aurait été « beaucoup plus lourd ».

Référence suprémaciste sur Instagram

En ligne, Santino William Legan avait un profil Instagram créé la semaine dernière. Selon le site Heavy, il avait notamment publié une photo depuis le festival de Gilroy et fait référence à Might is Right, un texte écrit au XIXe siècle très populaire chez les suprémacistes blancs, accompagné de cette légende : « Pourquoi s’entasser dans des villes et goudronner des grands espaces pour faire de la place à des hordes de métisses et de cons blancs de la Silicon Valley ? »

Le jeune homme n’était pas connu des services de police. Des anciens camarades de classe l’ont décrit à NBC comme quelqu’un de solitaire, mais selon des voisins, il menait une existence « calme et sans histoire ».