Russie: Descentes de police dans les locaux d'opposants à la veille d'une grande manifestation à Moscou

REPRESSION Elles interviennent alors que les opposants préparaient un rassemblement non autorisé samedi devant les bureaux du maire de Moscou

20 Minutes avec AFP

— 

Des policiers russes à Moscou, le 14 juillet 2019
Des policiers russes à Moscou, le 14 juillet 2019 — Peter Kassin/Kommersant/Sipa

La police russe a procédé ce vendredi à plusieurs descentes dans des bureaux d'opposants, à la veille d'une grande manifestation prévue samedi.

Des alliés du principal opposant au président Vladimir Poutine, Alexeï Navalny, ont indiqué que la police avait procédé à des recherches dans leurs QG de campagne électorale.

Un rassemblement non autorisé

Ces descentes de police sont intervenues alors que les opposants préparaient un rassemblement non autorisé samedi devant les bureaux du maire de la capitale pour protester contre le refus de les laisser participer aux élections locales en septembre.

Un de ces opposants, Ivan Jdanov, a publié sur Twitter une photo d'un car de police garé devant son local. Un autre, Ilia Iachine, a confirmé que la police était venue fouiller son siège de campagne. « Ceci constitue une pression éhontée et illégale contre l'opposition en plein milieu d'une campagne électorale », a-t-il écrit sur Twitter. Un troisième candidat potentiel, Konstantin Yankauskas, a rapporté que des policiers avaient tenté de perquisitionner l'appartement de ses parents.

Des mesures répressives contre l’opposition

Cette semaine, les autorités ont lancé des mesures répressives contre l'opposition, alors que des candidats indépendants se battent pour obtenir le droit de participer au scrutin pour l'élection du parlement local de Moscou.

Mercredi, Alexeï Navalny a été condamné à 30 jours de prison pour avoir appelé à un rassemblement non autorisé. Le même jour, les domiciles d’Ivan Jdanov et de plusieurs autres opposants ont été la cible de descentes de police nocturnes. Ils ont aussi été convoqués au Comité d'enquête, qui rapporte directement au président Poutine.

Manifestation record le week-end dernier

Ces raids sont liés à une nouvelle procédure criminelle pour obstruction au travail de responsables électoraux officiels, pouvant valoir jusqu'à cinq ans de prison.

Le week-end dernier, plus de 20.000 partisans de l'opposition ont protesté dans le centre de Moscou, la plus importante manifestation depuis des années.