Grande-Bretagne: Un homme condamné à 18 ans pour de fausses accusations de pédophilie

PROCES Le juge l’a qualifié de « personne manipulatrice et sournoise »

J.-L. D. avec AFP

— 

Illustration: Le drapeau britannique.
Illustration: Le drapeau britannique. — SUPERSTOCK/SIPA

Un Britannique a été condamné ce vendredi à dix-huit ans de prison pour avoir faussement accusé une série de personnalités, dont l’ancien Premier ministre Edward Heath, de  pédophilie, ce qui avait provoqué l’ouverture d’une vaste enquête.

Carl Beech, ancien employé d’une association caritative d’aide aux enfants et infirmier, avait été reconnu coupable lundi par le tribunal de Newcastle (nord-est de l’Angleterre) d’avoir entravé le cours de la justice.

Des personnes « extrêmement intègres »

Vendredi, le juge James Goss l’a qualifié de « personne manipulatrice et sournoise », ayant accusé d'« actes ignobles » des personnes « extrêmement intègres ». Ses accusations avaient déclenché l’ouverture d’une gigantesque enquête, lors de laquelle la police avait perquisitionné les domiciles d’Edwin Bramall, ancien chef de l’armée et vétéran de la Seconde Guerre mondiale, et de l’ancien commissaire européen Leon Brittan, aujourd’hui décédé.

Carl Beech, 51 ans, connu sous le surnom de « Nick » utilisé dans cette procédure, avait accusé le prétendu cercle de pédophiles d’avoir tué trois garçons, affirmant avoir vu l’un d’eux se faire étrangler sous ses yeux.

Il plaide coupable de la possession de centaines d’images indécentes d’enfants

Ses accusations avaient fait la Une des médias en 2014, mettant la pression sur la police qui avait été très critiquée après l’affaire Jimmy Saville, du nom d’un ancien animateur de la BBC décédé en 2011, au cœur d’un retentissant scandale d’abus sexuels, révélé en 2012. Le responsable de l’enquête policière, Kenny McDonald, avait qualifié les accusations de Carl Beech de « crédibles » au journal télévisé en 2014.

Mais la police n’avait trouvé aucune preuve pour étayer ces accusations et avait clos l’enquête, qui lui a coûté deux millions de livres (2,23 millions d’euros), en 2016. C’est à cette même date que Carl Beech a été soupçonné de pédophilie.

Au mois de janvier, il a plaidé coupable de la possession de centaines d’images indécentes d’enfants et d’avoir clandestinement filmé un adolescent. L’enquête dont il a fait l’objet a montré que Carl Beech « tirait plaisir d’images montrant de jeunes garçons abusés sexuellement violemment » et « aimait l’attention et la célébrité », a déclaré le procureur Tony Badenoch.