Béji Caïd Essebsi, le 8 novembre 2018 à Tunis.
Béji Caïd Essebsi, le 8 novembre 2018 à Tunis. — FETHI BELAID / AFP

DECES

VIDEO. Tunisie: Le président Béji Caïd Essebsi est mort à l'âge de 92 ans

Il avait subi un grave malaise en juin dernier et était de nouveau hospitalisé depuis ce matin

Le président tunisien Béji Caïd Essebsi est mort ce jeudi. Il était de nouveau hospitalisé en soins intensifs, presque un mois après son grave malaise en juin dernier.

Béji Caïd Essebsi, 92 ans, « est en soins intensifs à l’hôpital militaire (de Tunis), et les choses se présentent mal », avait communiqué dans la matinée son fils Hafedh Caïd Essebsi, également chef de file du parti présidentiel Nidaa Tounes.

Le premier président démocratiquement élu

La télévision nationale a arrêté ses programmes pour diffuser des versets de coran, avant d’annoncer son décès à 10h25. Il a été le premier président démocratiquement élu en 2014, trois ans après la chute de Zine el Abidine Ben Ali. Essebsi est mort à quelques mois de la fin de son mandat présidentiel.

C’est le président du Parlement tunisien Mohamed Ennaceur qui va être intronisé président de la République par intérim en début d’après-midi. Selon la Constitution, Mohamed Ennaceur peut assurer l’intérim durant 45 à 90 jours.

Un hommage d'Emmanuel Macron 

Le décès du président intervient le jour où la Tunisie célèbre la proclamation de la République en 1957, habituellement marqué par un discours du chef de l’Etat. Ce vétéran de la politique, plus vieux chef d’Etat au monde en exercice après la reine Elizabeth II d’Angleterre, a servi aussi bien sous Habib Bourguiba, premier président de la Tunisie que Zine el Abidine Ben Ali, avant d’accéder lui-même à la présidence en 2014, avec la mission paradoxale de consolider la jeune démocratie.

Emmanuel Macron a salué la mémoire du président tunisien Béji Caïd Essebsi, décédé jeudi, qui était «un dirigeant courageux» et «un ami» de la France. «En ce jour de fête de la République tunisienne, le président Béji Caïd Essebsi nous a quittés. Il n’y a pas de hasard, son destin était lié à celui de la Tunisie», déclare le chef de l'Etat dans un communiqué.