Corée du Nord: Pyongyang a tiré deux missiles de courte portée

COREE DU NORD La Corée du Nord avait prévenu que des exercices militaires de Washington et Séoul pourraient avoir des répercussions sur la reprise annoncée des pourparlers

20 Minutes avec AFP

— 

Une photographie d'un lancement de missile à courte portée diffusée par la télévision nord-coréenne, le 9 mai 2019.
Une photographie d'un lancement de missile à courte portée diffusée par la télévision nord-coréenne, le 9 mai 2019. — Yonhap News/Newscom/SIPA

La Corée du Nord a tiré deux missiles de courte portée dans la mer jeudi pour manifester sa colère face à des exercices militaires conjoints prévus entre Séoul et Washington, compliquant les efforts pour relancer des négociations nucléaires qui patinent.

Il s’agit du premier essai de missile depuis la rencontre impromptue le mois dernier entre Donald Trump et Kim Jong-un dans la Zone démilitarisée (DMZ) qui divise la péninsule. Le président américain et le dirigeant nord-coréen avaient alors convenu de reprendre les discussions. Mais cet engagement ne s’est pour l’heure pas concrétisé et Pyongyang a averti récemment que le processus pourrait dérailler si les manœuvres se déroulaient comme prévu en août.

L’état-major interarmées sud-coréen a annoncé que les deux missiles avaient été tirés peu après l’aube de Wonsan, sur la côte orientale nord-coréenne, parcourant 430 kilomètres avant de s’abîmer. « Notre armée suit de près la situation en cas de tirs supplémentaires et se tient prête à réagir », ajoute l’état-major. Nous appelons le Nord « à cesser ses opérations qui ne contribuent pas à l’apaisement des tensions militaires », a dit Choi Hyun-soo, porte-parole du ministère sud-coréen de la Défense.

 

« Pas du tout une rupture dans la relation de confiance »

Tokyo a aussitôt condamné les tirs effectués par la Corée du Nord. « S’il s’agit de missiles balistiques, c’est une violation des résolutions de l’ONU (…) Les récents tirs de projectiles sont extrêmement regrettables », a déclaré le ministre japonais de la Défense Takeshi Iwaya.

La précision sur la portée des projectiles est importante, Donald Trump ayant déclaré par le passé que des tirs d’engins de courte portée n’affecteraient pas les négociations avec Pyongyang. « Je ne considère pas cela du tout comme une rupture dans la relation de confiance. A un certain moment, cela pourrait arriver. Mais à ce stade, non », déclarait Donald Trump en mai après des tirs de missiles nord-coréens, les premiers depuis novembre 2017. « Il s’agissait de missiles de très courte portée, quelque chose de très standard », avait-il dit.

Le mois dernier Donald Trump et Kim Jong-un sont convenus, lors d’une rencontre impromptue dans la Zone démilitarisée qui divise la péninsule, de reprendre les discussions après des mois de blocage. Mais aucune rencontre n’a eu lieu pour l’heure entre les deux parties.