Boris Johnson (à gauche) et Jeremy Hunt sont dans la dernière ligne droite pour succéder à Theresa May.
Boris Johnson (à gauche) et Jeremy Hunt sont dans la dernière ligne droite pour succéder à Theresa May. — Tolga AKMEN / AFP

BREXIT

Royaume-Uni: Le vote pour désigner le successeur de Theresa May s'achève ce lundi, Boris Johnson toujours ultra-favori

Les votes pour désigner le nouveau locataire du 10, Downing Street seront clos ce lundi à 16 heures, avant l’annonce des résultats mardi matin

Qui pour succéder à Theresa May au Royaume-Uni ? Le vote des conservateurs britanniques pour désigner le successeur de la Première ministre s’achève ce lundi, avant l’annonce des résultats mardi. A 55 ans, l’ex-maire de Londres Boris Johnson, excentrique et controversé, est le grand favori. Face à lui, Jeremy Hunt, 52 ans, est l’actuel chef de la diplomatie britannique.

Sauf énorme surprise, la victoire ne devrait pas échapper à «BoJo», comme il est parfois surnommé, donné gagnant par les sondages comme par les bookmakers : selon une enquête d’opinion publiée par le blog conservateur Conservativehome, il raflerait 73 % des suffrages. C’est aux 160.000 membres du parti tory qu’il revient de départager les deux hommes. Les votes seront clos ce lundi à 16 heures, avant l’annonce des résultats mardi matin. Le vainqueur sera désigné chef du Parti conservateur et se présentera mercredi devant la reine Elizabeth II, qui lui confiera la responsabilité de former le gouvernement.

Un Brexit sur les bras et des tensions dans le Golfe

Le futur Premier ministre aura alors la lourde responsabilité de réussir là où Theresa May a failli : mettre en œuvre le Brexit, dans un pays toujours profondément divisé sur la question, trois ans après le référendum du 23 juin 2016.

Le futur chef du gouvernement devra aussi gérer un autre dossier brûlant : l’arraisonnement vendredi par l’Iran du Stena Impero, un pétrolier battant pavillon britannique, à l’origine de nouvelles tensions dans le Golfe.

Connu pour ses frasques et ses gaffes, Boris Johnson suscite une profonde inimitié chez les adversaires du Brexit, nombre d’entre eux considérant son ralliement à la sortie de l’UE, quelques mois avant le référendum de 2016, comme un moyen d’assouvir ses ambitions personnelles. En témoignent les dizaines de milliers de personnes qui se sont réunies samedi dans les rues de Londres pour dire «Oui à l’Europe» et «Non à Boris».

La possibilité d’un «no-deal»

Pour l’emporter, Boris Johnson joue la carte de sauveur du Brexit, prévu initialement le 29 mars mais reporté au 31 octobre, et vante sa détermination, son «optimisme» : «Là où il y a de la volonté, il y a une solution», déclare-t-il à l’envi. Le Brexit, assure-t-il, aura lieu le 31 octobre, quitte à sortir sans accord («no deal») si l’Union européenne refuse de rouvrir les négociations, comme elle l’a déjà fait savoir. Reste que la perspective d’un divorce sans accord, redouté par les milieux économiques, ne fait pas non plus l’unanimité chez les conservateurs.

Face à Boris Johnson, Jeremy Hunt met en avant son profil d’ancien entrepreneur et se pose comme un candidat sérieux, qui contraste avec la personnalité de son rival. Ce diplomate aux propos mesurés veut renégocier l’accord de divorce avec l’UE et publier un nouveau plan d’ici fin août. Il propose de reporter le Brexit si un accord est en vue.