Etats-Unis: Le gouvernement américain veut refuser l'asile aux migrants qui transitent par le Mexique

IMMIGRATION Les demandes d'asile déposées à la frontière sud des Etats-Unis seront refusées si les migrants n'ont pas demandé le statut de réfugié au Mexique

20 Minutes avec AFP

— 

Une silhouette regarde de l'autre côté de la frontière, depuis le Mexique.
Une silhouette regarde de l'autre côté de la frontière, depuis le Mexique. — Guillermo Arias / AFP

Le gouvernement américain a annoncé ce lundi qu’il allait refuser les demandes d’asile déposées à sa frontière sud par les migrants n’ayant pas demandé le statut de réfugié au Mexique ou dans un autre pays sur la route des Etats-Unis.

« Les Etats-Unis sont généreux mais complètement débordés par le fardeau créé par les centaines de milliers d’étrangers arrêtés à la frontière sud », a déclaré le ministre de la Justice Bill Barr dans un communiqué annonçant la mise en place, à compter de mardi, de cette nouvelle règle. Celle-ci est censée, selon le ministre, « décourager les migrants économiques qui veulent exploiter notre système d’asile ».

Le Mexique dénonce la décision des Etats-Unis

Lundi en fin de journée, le gouvernement mexicain a dénoncé la décision de Washington de verrouiller l’accès à l’asile : « Le Mexique n’est pas d’accord pas avec les mesures qui verrouillent (l’accès à) l’asile ou (au statut) de réfugié, visant ceux qui craignent pour leur vie dans leur pays d’origine (…) et nous allons être très vigilants sur le respect du principe de non-refoulement, conformément au droit international en vigueur », a déclaré le chef de la diplomatie mexicaine Marcelo Ebrard.

Un week-end tendu

Cette décision intervient après un week-end particulièrement tendu à la frontière. Donald Trump avait promis pour dimanche une vague de descentes de police pour interpeller des milliers de clandestins, mais aucune activité d’ampleur n’était signalée en milieu d’après-midi dans les grandes villes américaines concernées. Les Etats-Unis sont confrontés depuis plus d’un an à une crise migratoire à leur frontière avec le Mexique, franchie chaque mois par des milliers de personnes originaires d’Amérique centrale fuyant violence et misère dans leur pays.

Des dizaines de manifestations avaient été organisées vendredi et samedi dans tout le pays pour réclamer la fermeture des centres de rétention situés à la frontière. Plusieurs médias américains ont fait état de centres où étaient détenus des enfants de moins de douze ans, sans leurs parents, dans des conditions d’hygiène inquiétantes.