Un parti d'extrême droite italien a manifesté devant l'ambassade de France à Rome.
Un parti d'extrême droite italien a manifesté devant l'ambassade de France à Rome. — ANDREAS SOLARO / AFP

MIGRANTS

Italie: Une subvention de la Ville de Paris à SOS Méditerranée provoque l’ire de l’extrême droite

Un parti d’extrême droite italien a même manifesté devant l’ambassade de France à Rome, pendant la réception pour le 14-Juillet

La dirigeante d’un petit parti italien d’extrême droite, Giorgia Meloni, a boycotté samedi la réception du 14 juillet à l’ambassade de France, outrée par un don de 100.000 euros de la Ville de Paris à une ONG qui porte secours aux migrants. Une vingtaine de membres de ce parti, Fratelli d’Italia, ont pour leur part manifesté en fin d’après-midi devant l’ambassade à Rome, au moment où arrivaient à la réception des personnalités politiques italiennes.

« Outre le fait d’honorer la commandante du Sea Watch, Paris donne 100.000 euros à l’ONG SOS Méditerranée pour de nouvelles missions de sauvetage. Bien, je présume que ces missions se concluront toutes dans les ports français, c’est juste ? », s’est interrogée samedi Giorgia Meloni sur son compte Facebook. Elle a dénoncé de « nouvelles provocations intolérables de Paris ».

« Hypocrisie française »

La Ville de Paris va remettre la médaille Grand Vermeil aux deux capitaines du bateau Sea Watch 3, Carola Rackete et Pia Klemp, pour réaffirmer son « soutien aux femmes et hommes qui oeuvrent au sauvetage des migrants au quotidien », avait-elle annoncé vendredi. En outre, la mairie versera une aide d’urgence de 100.000 euros à l’association SOS Méditerranée « pour une nouvelle campagne de sauvetage en mer des migrants ».

Matteo Salvini, le ministre italien de l’Intérieur et dirigeant du parti d’extrême droite La Ligue, a réitéré samedi, comme la veille, de vives critiques. « Hypocrisie française », a lancé l’homme fort du pays sur son compte Twitter, en soulignant que la France n’avait répondu à aucun des appels à l’aide lancés par l’Allemande Carola présentée désormais comme une « héroïne ».

Carola Rackete a été arrêtée fin juin pour avoir accosté de force à Lampedusa, en Italie, pour faire débarquer 40 migrants. Accusée d’aide à l’immigration clandestine, la jeune femme sera jugée le 18 juillet devant le tribunal d’Agrigente, en Sicile. Une autre capitaine, Pia Klemp, est également poursuivie par la justice italienne.