Shoah: Décès d'Eva Mozes Kor, survivante d'Auschwitz

DISPARITION Eva Mozes Kor avait été victime des expériences du docteur Mengele, surnommé « l’Ange de la mort »

J.-L.D. avec AFP
— 
Eva Mozes Kor
Eva Mozes Kor — Janek SKARZYNSKI / AFP

La survivante du camp de la mort nazi d’Auschwitz-Birkenau Eva Mozes Kor, victime des monstrueuses expériences du docteur Josef Mengele, est décédée ce jeudi soir à Cracovie, en Pologne, à l’âge de 85 ans.

Née en Roumanie, Eva Kor fut fondatrice du CANDLES Holocaust Museum and Education Center à Terre Haute, aux Etats-Unis, consacré au souvenir et à la réconciliation.

Décédée lors d’un voyage annuel

« Nous sommes profondément attristés d’annoncer le décès d’Eva Kor, survivante de l’Holocauste, l’avocate du pardon », a indiqué l’établissement sur son compte Twitter officiel.

Eva Kor est décédée « de mort naturelle », dans sa chambre d’hôtel, selon la police polonaise, lors d’un voyage annuel organisé par son musée, comprenant la visite de l’ancien camp nazi d’Auschwitz-Birkenau.

Un témoignage enregistré cinq jours auparavant

« J’ai le cœur brisé en annonçant qu’Eva Kor est décédée et qu’elle sera enterrée aux États-Unis », a déclaré le grand rabbin de Pologne Michael Schudrich.

« Il y a seulement cinq jours, nous avons enregistré le témoignage d’Eva Kor, survivante d’Auschwitz, pour le compte de@AuschwitzMuseum Archive. Aujourd’hui, nous apprenons qu’elle est décédée », a indiqué sur Twitter le musée d’Auschwitz. Le musée d’Auschwitz a diffusé jeudi sur son site des extraits de ces témoignages, des « leçons de vie » formulées par Eva Kor.

« Si l’Europe n’avait pas permis aux nazis de faire ce qu’ils ont fait… »

« Pardonnez à vos pires ennemis. J’aimerais très clairement le dire depuis Auschwitz (…) Personne ne peut changer mon passé, qui est une chose terrible (…) Du moment où j’ai pardonné aux nazis, je me suis sentie libérée d’Auschwitz et de toute cette tragédie qui m’était arrivée. Et s’ils ne le méritent pas, c’est leur problème », a-t-elle dit devant la caméra des archivistes du musée.

Eva Kor a dénoncé aussi les préjugés contre les juifs dans l’ensemble de l’Europe comme « une des raisons de l'Holocauste ».

« Si l’Europe n’avait pas permis aux nazis de faire ce qu’ils ont fait, ils n’auraient pas pu le faire », a-t-elle estimé.