Un deuxième tremblement de terre en Californie, l'état d'urgence déclaré

EARTHQUAKE Les dégâts seraient plus importants que jeudi, lors de la première secousse

20 Minutes avec AFP

— 

Les travaux sont en cours à Ridgecrest (Robyn Beck / AFP)
Les travaux sont en cours à Ridgecrest (Robyn Beck / AFP) — AFP

De nouvelles longues secondes de frayeur pour les habitants. Un séisme de magnitude 7,1 a secoué vendredi soir (peu après 20h, heure locale) la partie sud de la Californie, comme l’a annoncé l’institut américain de géophysique USGS. Un tremblement de terre qui est intervenu au lendemain de celui qui avait déjà frappé la zone de Ridgecrest, au nord-est de Los Angeles, d’une magnitude de 6,4.

D’après les spécialistes, ce deuxième earthquake était potentiellement dix fois plus dévastateur que le premier. C’est dans le comté de Kern, à la périphérie de Ridgecrest, que « l’intensité de la secousse a atteint son plus haut niveau », a relevé Mark Ghilarducci, directeur des services d’urgence pour l’Etat de Californie. Selon les premiers bilans des secours présents sur place, il n’y a pas de mort à déplorer, sachant que la zone touchée est peu peuplée. « Des maisons qui ont bougé, des fondations fissurées, des murs porteurs à terre. Un blessé (léger) et les pompiers le soignent », ont indiqué sur les réseaux sociaux les secours du comté de San Bernardino. Selon eux, il y aurait des « dégâts plus importants » que la veille.

Des incendies et les vidéos impressionnantes

Une photo postée par les policiers locaux montrait notamment l’état de la route après le séisme à Kern River Canyon, non loin de la vallée de la Mort, avec des débris sur la chaussée.

A Ridgecrest, les habitants ont fortement ressenti cette seconde secousse, comme en témoignent les vidéos postées sur Twitter où l’on voit l’eau s’agiter dangereusement dans les nombreuses piscines du secteur.

Un incendie s’était par ailleurs déclaré parmi les habitations, toujours à Ridgecrest, zone la plus touchée par le phénomène.

Cette nouvelle secousse a également surpris les présentateurs de CBS, présents en plateau et ne cachant pas leur inquiétude.

Mick Gleason, responsable du comté de Kern, où se situe Ridgecrest, a fait état de deux bâtiments en feu. « Mais nous avons des dizaines de camions de pompiers » grâce aux importants renforts dépêchés la veille, a-t-il rassuré. Le chef des pompiers du comté de Kern, David Witt, a quant à lui affirmé qu’aucun mort n’avait été signalé après la secousse. « Il n’y a que des blessés légers, des coupures et contusions, par la grâce de Dieu », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse. Et si 1.800 foyers sont privés d’électricité, aucune fuite de gaz n’a été signalée. Depuis jeudi matin, Ridgecrest a été secouée par plus de 17 séismes de magnitude 4 et au moins 1.200 répliques d’intensités variées au total. Le gouverneur de Californie, Gavin Newsom, a pour sa part déclaré l’état d’urgence à la fois dans le comté de Kern et dans celui, voisin, de San Bernardino.

La peur du Big One

Avec une magnitude de 6,4, le séisme de jeudi était le plus important à frapper la Californie du Sud depuis 1999, et a donc été dépassé par la réplique de vendredi soir.

Et comme pour jeudi, la secousse de vendredi a été ressentie jusqu’à Los Angeles. Sur place, les dégâts étaient minimes, avec quelques lignes électriques tombées et des coupures d’électricité par endroits. Les cinémas ont été évacués dès le début de la secousse et à Disneyland, les attractions ont été fermées pour vérification. Las Vegas, dans l’Etat voisin du Nevada, a également ressenti la secousse. Des événements qui font craindre aux habitants un potentiel « Big One », méga-séisme tant redouté sur l’ensemble de la région. Et comme l’a expliqué à 20 Minutes dans une interview Jean-Philippe Avouac, professeur géologie à Institut de technologie de Californie (Caltech), sans « être alarmiste », il faut comprendre que l' « on se rapproche chaque jour un peu plus de la rupture ».