L'exécution de Troy Davis suspendue

ETATS UNIS La Cour suprême...

avec agence

— 

Les ultimes recours sont lancés aux Etats-Unis pour empêcher l'exécution prévue mardi soir de Troy Davis, un Noir condamné pour le meurtre d'un policier blanc alors que la plupart des témoins à charge ont reconnu avoir menti, souvent sous la pression de la police.
Les ultimes recours sont lancés aux Etats-Unis pour empêcher l'exécution prévue mardi soir de Troy Davis, un Noir condamné pour le meurtre d'un policier blanc alors que la plupart des témoins à charge ont reconnu avoir menti, souvent sous la pression de la police. — AFP/Georgia DOC

La Cour suprême des Etats-Unis a suspendu mardi l'exécution programmée dans la soirée du Noir américain Troy Davis, qui clame son innocence pour le meurtre d'un policier blanc, dans l'Etat de Géorgie, a annoncé la plus haute juridiction américaine dans un communiqué.

Troy Davis, Noir américain de 38 ans, a été condamné à mort aux Etats-Unis pour le meurtre d'un policier blanc en 1989. Il devait être exécuté par injection létale ce mardi. La décision avait été confirmée par le comité des grâces de Géorgie le 12 septembre. Lundi, la Cour suprême de l'Etat de Géorgie avait refusé de suspendre l'exécution, laissant la Cour suprême des Etats-Unis avoir le dernier mot sur le sursis.

Les avocats de l'accusé avaient tenté une dernière fois de le sauver en demandant à la Cour suprême des Etats-Unis de se saisir de ce dossier. Non pas pour se prononcer sur l'innocence ou la culpabilité de Troy Davis, mais sur les conditions du procès et sa conformité à la Constitution. Pour les observateurs, les chances d'éviter l'exécution paraissaient minces, notamment en raison des vacances de la Cour suprême. En effet, celle-ci est en congé jusqu'au 29 septembre, ce qui l'empêche de prendre une décision d'ici là. C’est d’ailleurs ce qui explique la nature du sursis : «sursis à exécution» demandé par les avocats de Troy Davis qui est un sursis le temps que la Cour puisse se réunir comme prévu initialement, le 29 septembre.

Suspendue à l'appel

Cette suspension ne tient que le temps de l'examen de l'appel déposé par ses avocats qui demandent un nouveau procès. «Si cet appel est rejeté, la suspension prendra fin automatiquement», a précisé la Cour suprême.

Les avocats de Troy Davis ont déposé cet été un appel pour l'organisation d'un nouveau procès devant la Cour suprême. Ils estiment que l'exécution d'un innocent n'est pas constitutionnelle dans la mesure où celui-ci présente de solides éléments plaidant en faveur de sa non culpabilité.

Troy Davis a été condamné à mort en 1991 sans preuves matérielles ni arme du crime (qui n'a pas été retrouvée) sur la base des déclarations de neuf témoins, dont sept se sont dédits depuis.