Nucléaire iranien: Téhéran affirme que son stock d'uranium enrichi a dépassé la limite autorisée

SEUIL L’Iran estime ne plus être tenu de respecter le seuil imposé par l’accord international de 2015 après le retrait unilatéral américain du texte en mai 2018

20 Minutes avec AFP
— 
Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif au Kirghizistan, le 19 avril 2017.
Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif au Kirghizistan, le 19 avril 2017. — Vyacheslav OSELEDKO / AFP

L’Iran a dépassé la limite, imposée par l’accord international de 2015 sur son programme nucléaire, de ses réserves d’uranium enrichi, a annoncé le ministre des Affaires étrangères iranien, Mohammad Javad Zarif, ce lundi. Le dépassement a été confirmé ce même jour par l'Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).

« Sur la base des informations en ma possession, l’Iran a dépassé la limite des 300 kilos » d’uranium faiblement enrichi, a déclaré Mohammad Javad Zarif à l’agence semi-officielle Isna.

Un dépassement de seuil annoncé à Vienne

« Nous avions annoncé (ce franchissement de la limite) à l’avance », a ajouté le ministre des Affaires étrangères iranien, et ces annonces précédentes de l’Iran disent « très clairement ce que nous allons faire » par la suite. « Nous considérons que c’est notre droit (d’agir ainsi) dans le cadre (de ce que permet) le JCPOA » (Joint Comprehensive Plan of Action, nom officiel de l’accord international sur le nucléaire iranien conclu à Vienne en 2015), a ajouté le ministre.

Le franchissement de ce seuil autorisé de 300 kilos a également été annoncé à Vienne par une source diplomatique. « Il y a eu un dépassement », a indiqué cette source ayant requis l’anonymat, sans pouvoir préciser la hauteur du dépassement.

L’AIEA confirme le dépassement de la limite autorisée

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), chargée de vérifier l’application par Téhéran de l’accord nucléaire de 2015, a confirmé que l’Iran avait dépassé la limite imposée à ses réserves d’uranium enrichi, selon un porte-parole de l’agence onusienne.

« L’Agence a vérifié au 1er juillet que le stock total d’uranium enrichi a dépassé les 300 kilos » et le directeur général de l’AIEA, Yukiya Amano, en a informé le conseil des gouverneurs, a indiqué ce porte-parole.

Téhéran ne respecte plus que deux seuils fixés par l’accord

En riposte à la décision du président américain Donald Trump de sortir son pays unilatéralement de ce pacte en mai 2018 et de réimposer des sanctions contre l’Iran, Téhéran avait annoncé le 8 mai qu’elle ne se sentait plus tenue par deux seuils fixés par l’accord : celui imposé à ses réserves d’eau lourde (130 tonnes) et celui limitant son stock d’uranium faiblement enrichi (300 kilos).

Téhéran menace aussi de reprendre, à partir du 7 juillet, des activités d’enrichissement d’uranium à un taux supérieur au degré maximal fixé par l’accord (3,67 %) et de relancer son projet de construction d’un réacteur à eau lourde à Arak (centre) si les autres Etats encore parties à l’accord (Allemagne, Chine, France, Grande-Bretagne et Russie) ne l’aident pas à contourner les sanctions américaines.