«Si le président Kim voit ce message»... Donald Trump propose une rencontre improvisée sur la DMZ via Twitter

TWITPLOMATIE Le président américain veut profiter de son périple asiatique après le G20 pour «dire hello» au leader nord-coréen

20 Minutes avec AFP

— 

Le président américain Donald Trump lors du g20 d'Osaka, au Japon, le 28 juin 2019.
Le président américain Donald Trump lors du g20 d'Osaka, au Japon, le 28 juin 2019. — Susan Walsh/AP/SIPA

C’est un peu la version moderne du mot passé à un camarade dans un agenda au collège. « Si le président Kim voit ce message, je pourrais le rencontrer à la frontière/DMZ juste pour lui serrer la main et dire bonjour (?)!", a écrit Donald Trump sur Twitter samedi matin. Le président américain a expliqué qu’après sa rencontre avec le président chinois Xi Jinping au G20, il quitterait le Japon pour la Corée du Sud. Et il a donc suggéré une rencontre, semble-t-il, improvisée avec Kim Jong-un, alors que les négociations sur la dénucléarisation sont au point mort.

Interrogé par des journalistes, Donald Trump a indiqué qu'il ne savait pas si Kim Jong-un se trouvait actuellement à Pyongyang, mais qu'il avait tenté un geste spontané: «J'y est juste pensé ce matin.»

La zone démilitarisée qui sépare les deux Corées est un lieu hautement symbolique, où se font face les militaires de deux pays qui n’ont jamais signé de traité de paix. C’est là que Kim Jong-un et le président sud-coréen Moon Jae-in s’étaient rencontrés en avril 2018, pour une poignée de main historique.

La dénucléarisation au point mort

Le président américain, qui met inlassablement en avant sa bonne entente avec le dirigeant nord-coréen, a récemment affirmé avoir reçu une nouvelle lettre «merveilleuse» de la part de ce dernier.

Les deux hommes se sont rencontrés à deux reprises : en juin 2018 à Singapour, puis en février à Hanoï, où leur sommet s’était achevé sur une impasse, Américains et Nord-Coréens restant bloqués sur la question de la dénucléarisation coréenne.

En novembre 2017, à l’occasion d’une visite à Séoul, Donald Trump avait tenté de se rendre sur la DMZ, mais été contraint de faire demi-tour en raison d’un épais brouillard.