Attentats à Tunis: Toujours aucune revendication plusieurs heures après les deux explosions

ATTAQUES Revivez avec nous les suites du double attentat dans les rues de Tunis

L.Br.

— 

Après les attentats, dans le centre de Tunis.
Après les attentats, dans le centre de Tunis. — Mohamed Krit/Sipa USA/SIPA

L’ESSENTIEL

  • Une voiture de police a été prise pour cible ce jeudi dans le centre de Tunis, faisant cinq blessés.
  • Au même moment, une personne s’est fait exploser devant la porte arrière du complexe de Gorjani, où sont rassemblés des services de la Garde nationale et de la police judiciaire.
  • Un policier est décédé dans cette attaque, a indiqué le ministère.

A LIRE AUSSI

 

20h42 : L’heure est venue de fermer ce live consacré aux attentats en Tunisie, merci de l’avoir suivi avec nous.

17h50 : Le point

Plusieurs heures après les deux attentats de Tunis, il n’y a toujours aucune revendication. Rappelons que sur la principale avenue de la capitale tunisienne, l’avenue Habib-Bourguiba, un kamikaze a visé jeudi un véhicule de police tuant un policier et blessant trois civils ainsi qu’un policier, selon le ministère de l’Intérieur. Une demi-heure plus tard, un deuxième attentat suicide a visé un complexe de la Garde nationale à la périphérie de Tunis, blessant quatre policiers.

16h29 : La réaction d’Emmanuel Macron

 

15h40 : Les observateurs inquiets

Les deux attentats interviennent à la veille d’une saison touristique, qualifiées de prometteuse par des responsables tunisiens. C’est le principal moteur de l’économie du pays.

15h24 : Béji Caïd Esebssi dans un « état critique »

Le président tunisien a donc fait un malaise, que l’on a appris juste après les attentats. D’après l’AFP, Béji Caïd Esebssi est dans un « état critique ».

15h12 : La rédaction de 20 Minutes fait le point sur les événements en vidéo

 

14h58 : Six mois de trêve

Il s’agit du premier attentat dans la capitale depuis celui perpétré le 30 octobre, également sur l’avenue Bourguiba, par une femme kamikaze, qui avait fait au mois 26 blessés, en majorité des policiers.

14h42 : Des images des manifestations sur les lieux même de l’attentat

 

14h30 : Une année électorale

On ne sait encore que peu de chose sur les différents évènements qui frappent la Tunisie cet après-midi. Comme élément de contexte, il faut savoir que le pays est en précampagne électorale pour la troisième élection présidentielle depuis la chute du régime de Ben Ali, qui doit avoir lieu en novembre.

14h06 : En parallèle de ces deux événements, on apprend que le président nonagénaire Béji Caïd Essebsi a fait un « grave malaise »

Béji Caïd Essebsi, âgé de 92 ans, « victime d’un grave malaise, a été transféré à l’hôpital militaire de Tunis », a écrit la présidence sur sa page Facebook.

13h51 : Des morceaux de corps à proximité du lieu de l'attaque

Selon une journaliste de l'AFP, des morceaux de corps jonchaient la chaussée autour d'une voiture de police sur l'avenue Bourguiba, la principale de la capitale, près de la vieille ville.

13h51 : Des manifestations de panique et de colère

Les passants, en proie à la panique, ont d’abord fui, avant de se rassembler autour de la scène de l’attaque, criant leur colère aux autorités. Magasins et bureaux ont été fermés par la police.

13h36 : Après la double attaque dans le centre de Tunis, suivez en direct avec nous les événements à Tunis

Pour rappel, le bilan humain est déjà important : un policier a été tué dans l’une des attaques et plusieurs personnes ont été blessées, a indiqué le ministère tunisien de l’Intérieur.