Julian Castro, Cory Booker et Elizabeth Warren ont dominé le premier débat de la primaire démocrate, le 26 juin 2019.
Julian Castro, Cory Booker et Elizabeth Warren ont dominé le premier débat de la primaire démocrate, le 26 juin 2019. — Wilfredo Lee/AP/SIPA

DEBAT

Primaire démocrate: Warren domine le débat, Castro se révèle et veut dire «adios» à Donald Trump

Les dix premiers candidats ont croisé le fer, mercredi, dans une soirée dominée par la crise des migrants

La bataille est lancée. Alors que la primaire démocrate tourne à une battle royale entre plus de 20 prétendants, le premier débat télévisé a été découpé en deux soirées. Mercredi, les 10 premiers candidats ont surtout tenté de se faire remarquer. Avec des échanges dominés par la crise des migrants et la réforme de la santé, Elizabeth Warren a fait parler son expérience. Et dans le duel des jeunes Texans, Julian Castro a oblitéré Beto O’Rourke.

La gagnante du soir : Elizabeth Warren

Elle avait le champ libre. Troisième des sondages, Elizabeth Warren a profité de l’absence de Joe Biden et Bernie Sanders – qui débattent ce jeudi soir – pour asseoir sa domination et mettre le cap à gauche. Démanteler les géants du Web qui ont « trop de pouvoir », faire de l’assurance santé un système public, déclarer « l’urgence nationale » sur les armes, effacer la dette étudiante… Elle l’a promis avec conviction aux Américains : « Je veux que tout le monde s’en sorte. Je me battrai pour vous avec autant de force que je me bats pour ma famille. »

La révélation du soir : Julian Castro

Il s’était fait remarquer à la convention démocrate de 2012. L’ancien secrétaire au Logement de Barack Obama a surtout marqué des points sur l’immigration, en pleine polémique sur les conditions de détention des mineurs non-accompagnés, et au lendemain du choc provoqué par la photo d’un migrant salvadorien et de sa fillette de 2 ans, morts noyés dans le Rio Grande. « Cette photo d’Oscar et Valeria me brise le cœur. Elle devrait nous indigner et nous pousser à l’action », a-t-il répondu avec une émotion beaucoup plus authentique que ses adversaires. Il a appelé à « un plan Marshall » pour le Guatemala, le Honduras et le Salvador afin d’endiguer la violence et la pauvreté. Et il a fait rire la salle avec sa conclusion : « Le 20 janvier 2021, on dira enfin ''Adios'' à Donald Trump ».

Le perdant : Beto

Il a fait pschitt. Après avoir suscité l’enthousiasme de la jeunesse et fait trembler Ted Cruz lors de la sénatoriale du Texas, Beto O’Rourke a passé une sale soirée. Tentant d’incarner une approche pragmatique et centriste, il a été mis en difficulté par le maire de New York Bill de Blasio sur la santé et par Julian Castro sur l’immigration. Il en a surtout trop fait comme lorsqu’il a commencé sa première réponse en espagnol juste pour flamber, sous le regard incrédule de Cory Booker – qui a répliqué une demi-heure plus tard, mais à un moment qui le justifiait davantage.

Ils ne vont pas rester longtemps dans la course : Tous les autres

Cory Booker a bénéficié du plus long temps de parole, et il a plutôt bien utilisé ses 11 minutes. Seul candidat afro-américain de cette première soirée, il a mis avant son travail sur la réforme du système pénal. Les autres candidats se sont battus pour exister. Bill de Blasio, Amy Klobuchar, Tim Ryan, Tulsi Gabbard, Jay Inslee et John Delaney sont tous à moins de 1 % dans les sondages. Ça ne devrait pas changer.