Attentat à l'hôtel Marriott: Islamabad accuse les talibans pakistanais

PAKISTAN Selon une vidéo diffusée par la télé pakistanaise, il y a eu deux explosions...

Avec agence

— 

Les secouristes cherchaient dimanche d'autres corps au lendemain de l'attentat suicide au camion piégé qui a déjà tué 60 personnes dans l'hôtel de luxe Marriott d'Islamabad, capitale d'un Pakistan en proie à une vague d'attentats commis par des islamistes proches d'Al-Qaïda.
Les secouristes cherchaient dimanche d'autres corps au lendemain de l'attentat suicide au camion piégé qui a déjà tué 60 personnes dans l'hôtel de luxe Marriott d'Islamabad, capitale d'un Pakistan en proie à une vague d'attentats commis par des islamistes proches d'Al-Qaïda. — Aamir Qureshi AFP

Le gouvernement pakistanais a accusé dimanche le mouvement des talibans pakistanais, liés à al-Qaida, d'avoir perpétré l'attentat suicide au camion piégé qui a dévasté l'hôtel Marriott d'Islamabad.

Un haut fonctionnaire du ministère de l'Intérieur, Rehman Malik, a expliqué lors d'une conférence de presse que les responsables des attentats venaient tous des zones tribales du nord-ouest du Pakistan frontalières avec l'Afghanistan, repaires de combattants islamistes proches d'al-Qaida et des talibans. «Tous les chemins conduisent à la Fata», l'acronyme de la zone tribale fédérée du Pakistan, a dit le responsable.

Deux explosions

Par ailleurs, selon une vidéo diffusée dimanche par la télévision pakistanaise, il y a eu deux explosions. Le kamikaze a d'abord précipité un énorme camion sur la barrière de sécurité, s'est fait exploser dans la cabine et l'énorme charge de 600 kg a explosé plusieurs minutes après.

Sur ce document filmé par les caméras de sécurité de l'hôtel, diffusé par le ministère de l'Intérieur, on aperçoit un très gros camion de couleur sombre rouler en direction de la barrière d'accès au parking de l'hôtel. Le véhicule enfonce ensuite cette barrière mais vient buter sur une herse métallique qui se relève automatiquement à chaque fois qu'une voiture a été fouillée par les gardes. Le kamikaze déclenche ensuite une bombe apparemment de faible intensité qui met le feu à la cabine. Après quelques instants de stupeur, les gardes tentent d'éteindre l'incendie. Ce n'est que plusieurs minutes après que la caméra s'éteint, en raison de la gigantesque explosion qui a dévasté l'hôtel, selon le conseiller du Premier ministre pour l'Intérieur, Rehman Malik.

L'attaque, qui n’a toujours pas été revendiquée, a fait au moins 60 morts selon des hauts responsables des services de sécurité, dont l'ambassadeur de République tchèque. Le bilan officiel s'établissait dimanche en fin de journée à 53 morts et 266 blessés.

L’attentat de Lahore

«C'était un attentat à la bombe dans le pur style d'Al-Qaida et semblable à l'attaque contre les bureaux de l'Agence fédérale d'investigation (FIA)» en mars dernier à Lahore (est). Cet attentat suicide à Lahore, avec un camion piégé, avait été mis sur le compte d'un responsable au Pakistan du réseau d'Oussama Ben Laden, Qari Zafar, déjà soupçonné d'un attentat en mars 2006 contre le consulat américain à Karachi (sud).

Condamnation

Le Pakistan est en proie à une vague sans précédent d'attentats commis par des islamistes proches d'al-Qaida. La communauté internationale a condamné d'une seule voix cet acte «ignoble» et apporté son soutien au nouveau président pakistanais, Asif Ali Zardari, qui a promis d'éliminer le «cancer» du terrorisme.