Tensions entres les Etats-Unis et l'Iran: Donald Trump sanctionne l’ayatollah Khomeini... mort en 1989

OUPS Le mur de Berlin était encore debout

J.-L. D.

— 

Donald Trump
Donald Trump — Sipa USA/SIPA

Alors que le conflit entre l'Iran et les Etats-Unis se tend de plus en plus et que la guerre des mots s’identifie, Donald Trump a fait une bourde ce lundi dans une déclaration se voulant intense. Le président américain a déclaré : « Les actifs de l’ayatollah Khomeini et de son équipe ne seront pas épargnés par les sanctions. »

Le message claque et le ton semble décidé, mais, petit problème, l’ayatollah Khomeini est mort en juin 1989. Donald Trump voulait certainement parler de son successeur, Ali Khamenei, actuel Guide suprême iranien. Malgré la proximité sonore des deux noms, ce sont bien deux personnes différentes.

Khamenei et non Khomeini

L’ayatollah Khomeini a été le Guide suprême de l’Iran de 1979 jusqu’à sa mort et est même le fondateur de la République islamique. Trente ans après sa mort, il reste cependant une référence de premier plan dans son pays, où son héritage théologico-politique continue d’irriguer les institutions qu’il a contribué à créer. Omniprésent dans l’espace public, des administrations aux halls d’hôtels en passant par les stades de foot et les hôpitaux, le portrait de l’homme au regard pénétrant qui fit tomber la monarchie en 1979 figure aussi sur la plupart des billets de banque.

La Constitution iranienne voit en « son éminence le grand ayatollah imam Khomeini » rien moins que « la haute source d’imitation ». Quant à l’Iran, il a répliqué aux nombreuses menaces de Donald Trump en indiquant que la diplomatie était terminée de façon « permanente » entre les deux pays.