Belgique: Un homme suspecté de préparer un attentat contre l'ambassade des Etats-Unis arrêté

TERRORISME La Belgique, qui héberge le siège des institutions européennes et de l’Otan, a déjà été dans le passé plusieurs fois frappée par le terrorisme

20 Minutes avec AFP

— 

Un van de police stationne dans le périmètre de sécurité à Verviers, en Belgique, le 15 janvier 2015.
Un van de police stationne dans le périmètre de sécurité à Verviers, en Belgique, le 15 janvier 2015. — AFP PHOTO / BELGA / BRUNO FAHY

Soupçonné d’avoir voulu lancer une attaque contre l’ambassade des Etats-Unis à Bruxelles, un Belge a été arrêté, samedi matin, dans la capitale, a annoncé le parquet fédéral belge, ce lundi.

L’homme a été inculpé et emprisonné dans la matinée pour « tentative d’attentat dans un contexte terroriste » et « préparation d’une infraction terroriste », a précisé le parquet dans un communiqué

L’homme avait effectué « un repérage » des lieux

L’homme « avait attiré l’attention sur lui en raison de son comportement », a expliqué une source proche du dossier, sans plus de précisions. Agé d’une quarantaine d’années, il avait effectué « un repérage » des lieux et a été arrêté « parce qu’il était suivi », a ajouté cette même source.

Le suspect, arrêté par la cellule antiterroriste de la police fédérale belge, nie les faits. La Belgique, qui héberge le siège des institutions européennes et de l’Otan, a déjà été dans le passé plusieurs fois frappée par le terrorisme, notamment depuis 2016 par des attentats djihadistes.

La Belgique, théâtre de plusieurs attentats

Le 22 mars 2016, la capitale Bruxelles avait été le théâtre d’un double attentat revendiqué par l’organisation Etat islamique (EI).

Agissant dans la précipitation, des kamikazes de la même cellule djihadiste que celle ayant attaqué Paris en novembre 2015 s’étaient fait exploser à l’aéroport de Zaventem et dans le métro​, faisant 32 morts et plus de 340 blessés. La Belgique a aussi connu ces trois dernières années plusieurs agressions contre des militaires ou des policiers, dont certaines ont été revendiquées par Daesh.