Drone abattu par l'Iran: Plusieurs compagnies aériennes ajustent leur trajet pour éviter la zone

AVIATION Les annonces interviennent après que Washington a interdit, jeudi soir, aux compagnies aériennes américaines le survol de l’espace aérien contrôlé par Téhéran

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration d'un avion de la compagnie aérienne Emirates.
Illustration d'un avion de la compagnie aérienne Emirates. — Vatka Jiri/AP/SIPA

Lufthansa, KLM, Emirates, Flydubai, Qantas, Singapore Airlines, Malaysia Airlines… Plusieurs compagnies aériennes ont annoncé, ce vendredi, avoir décidé d’éviter le détroit d’Ormuz, situé dans la zone où l’Iran a abattu un drone militaire américain jeudi.

« Nous avons décidé jeudi de contourner le détroit d’Ormuz dans le Golfe », a indiqué un porte-parole de la compagnie allemande Lufthansa, qui a décidé de ne plus survoler la zone jusqu’à nouvel ordre. Une décision similaire avait été annoncée par la compagnie néerlandaise KLM, qui a parlé d’une « mesure de précaution ».

Les Pays-Bas déjà meurtris par le crash du vol MH17 de la Malaysia Airlines

Les Pays-Bas sont encore meurtris par le crash de l’avion du vol MH17 de la Malaysia Airlines abattu en 2014 au-dessus de la zone de conflit armé dans l’est séparatiste pro-russe de l’Ukraine par un missile russe. Les 283 passagers, dont 196 Néerlandais, et les 15 membres de l’équipage avaient été tués.

Malaysia Airlines a indiqué éviter également la zone, située entre l’Iran et la péninsule Arabique. « A cause des tensions en cours, certains de nos vols pourraient prendre des itinéraires un peu plus longs pour éviter le détroit d’Ormuz », a déclaré de son côté un porte-parole de Singapore Airlines.

« Des mesures de précaution »

Le transporteur australien Qantas a aussi pris des mesures : « Nous sommes en train d’ajuster les trajets de vol au-dessus du Moyen-Orient pour éviter le détroit d’Ormuz et le golfe d’Oman jusqu’à nouvel ordre », a déclaré la compagnie.

Le transporteur Flydubai a « ajusté quelques-uns des itinéraires » dans la région par précaution. « En raison de la situation actuelle, Emirates a pris des mesures de précaution, notamment en évitant les zones possibles de conflit », a indiqué à l’AFP un porte-parole d’Emirates, compagnie basée à Dubaï.

Un nouveau problème pour l’image de l’Iran

Les annonces interviennent après que Washington a interdit jeudi soir aux compagnies aériennes américaines le survol de l’espace aérien contrôlé par Téhéran au-dessus du Golfe et du Golfe d’Oman « jusqu’à nouvel ordre » après que l’Iran a abattu un drone militaire américain.

Les Etats-Unis ont justifié les restrictions émises jeudi par une augmentation des activités militaires et la tension politique croissante dans la région, qui représentent un risque pour les opérations de l’aviation civile accompagné d’un risque d'« erreur d’identification ». Cet incident constitue un nouveau problème pour l’image de l’Iran après « l’exode massif » des compagnies aériennes européennes à la suite de la restauration des sanctions américaines sur le pays, selon le spécialiste de l’aviation Alex Macheras.