VIDEO. Donald Trump vs Joe Biden: Les meilleures punchlines du duel qui se profile pour 2020

ETATS-UNIS Donald Trump lance officiellement sa campagne mardi soir, alors que le favori de la primaire démocrate est donné gagnant par les sondages

Philippe Berry

— 

Joe Biden (76 ans) face à Donald Trump (73 ans).
Joe Biden (76 ans) face à Donald Trump (73 ans). — SIPANY/SIPA - JAE HONG/SIPA
  • Donald Trump va annoncer sa candidature à un deuxième mandat ce mardi en Floride.
  • Face à lui, Joe Biden fait figure de favori dans la course à l’investiture démocrate.
  • L’ancien vice-président de Barak Obama est donné gagnant dans les sondages, mais la possible future bataille entre les deux hommes pourrait être longue… et a d’ailleurs déjà démarré

De notre correspondant aux Etats-Unis,

Un duel de septuagénaires se profile. Champion en titre, Donald Trump (73 ans, 1m90 pour 110 kg) donne le coup d’envoi de sa campagne, mardi soir en Floride, pour conserver sa ceinture en 2020. En face, Joe Biden (76 ans, 1m83 pour 82 kg) est le grand favori de la primaire démocrate. Alors que les sondages donnent un net avantage à l’ancien vice-président dans un face-à-face, les deux hommes échangent coup pour coup.

Leur rivalité ne date pas d’aujourd’hui. Après la diffusion des propos vulgaires de Donald Trump sur les femmes, en 2016, Joe Biden avait dégainé le premier, lançant : « Les médias me demandent si je n’aimerais pas débattre avec Donald Trump. Je préférerais qu’on soit encore au lycée et me le faire derrière le gymnase ! » « J’adorerais ça, mister "tough guy" ("gros dur") », avait aussitôt répondu le candidat républicain, casquette « Make America Great Again » vissée sur la tête.

Duel à distance dans l’Iowa

Leur duel est reparti de plus belle dans l’Iowa – le premier Etat à voter dans les primaires – où ils faisaient campagne la semaine dernière. Le ton grave, Joe Biden a assuré que Donald Trump représentait « une menace existentielle pour l’Amérique », estimant qu’avec quatre ans de plus au pouvoir, il « changerait profondément [notre] pays. »

Le président américain, lui, a traité le démocrate d'« idiot » qui avait « sous-estimé la menace chinoise ». Il a attaqué l’âge de son adversaire, qu’il surnomme « Sleepy Joe » (Dormeur), assurant aux journalistes : « Ce n’est plus le même homme. Il a l’air différent et il est plus lent qu’avant. »

Avantage Biden dans les sondages

Pour l’instant, cette guéguerre fait les affaires de Joe Biden, qui se pose au-dessus de la mêlée démocrate comme le challenger naturel. Selon les sondages, c’est celui qui a le plus de chances de battre Donald Trump, avec une dizaine de points d’avance. Alors qu’Hillary Clinton avait connu une déroute au Midwest, dans les Etats ruraux et ouvriers, « il semble que Biden soit capable de séduire l’électorat blanc qui avait voté pour Obama en 2008-2012, puis pour Trump en 2016 », estime Chris Edelson, professeur de sciences politiques à l’université de Washington.

Mais attention, prévient l’universitaire : « En misant tout sur son "electability" (capacité à être élu) pour la primaire, Joe Biden prend le risque qu’une baisse dans les sondages l’entraîne dans une spirale négative avec un effet décuplé ». Bernie Sanders, Elizabeth Warren, Pete Buttigieg et Kamala Harris l’ont déjà attaqué sur l’avortement et sur son comportement d’un autre âge avec les femmes, et on devrait avoir une meilleure idée des forces en présence après le premier débat télévisé de la primaire, fin juin. Pour l’instant, Donald Trump peut regarder ses adversaires s’entre-déchirer.