Crimes contre l'humanité au Tchad et au Soudan: Trois personnes arrêtées en France, dont un chef rebelle tchadien

JUSTICE Une enquête a été ouverte depuis 2017 sur des soupçons de crimes contre l’humanité commis au Tchad et au Soudan entre 2005 et 2010

20 Minutes avec AFP

— 

Le 29 juin 2012. Port de Juba, Soudan du sud. A l'entree du port, une carcasse de char Nord Soudanais, relique d'un pays ayant connu 30 ans de guerre.
Le 29 juin 2012. Port de Juba, Soudan du sud. A l'entree du port, une carcasse de char Nord Soudanais, relique d'un pays ayant connu 30 ans de guerre. — V. WARTNER / 20 MINUTES

Le chef rebelle tchadien, le général Mahamat Nouri, et deux autres suspects ont été interpellés ce lundi en France dans une enquête ouverte depuis 2017 sur des soupçons de crimes contre l’humanité commis au Tchad et au Soudan entre 2005 et 2010, a appris l’AFP de sources concordantes.

En garde à vue

Ils ont été arrêtés dans le Val-de-Marne, en Mayenne et en Indre-et-Loire puis placés en garde à vue par les enquêteurs de l’Office central de lutte contre les crimes contre l’humanité, les génocides et les crimes de guerre (OCLCH), a indiqué le parquet de Paris.

Le général Mahamat Nouri, l’un des plus influents chefs rebelles tchadiens opposé au régime d’Idriss Déby Itno, figure parmi ces personnes, selon une source proche de l’enquête.