Tankers attaqués: Riyad et Abou Dhabi appellent à sécuriser les approvisionnements en énergie

GOLFE D'OMAN Après des attaques contre des pétroliers, la région est en proie à de fortes tensions alimentées par l’animosité entre l’Iran et les Etats-Unis

20 Minutes avec AFP

— 

Des pétroliers dans le Golfe d'Oman, le 15 juin 2019.
Des pétroliers dans le Golfe d'Oman, le 15 juin 2019. — GIUSEPPE CACACE / AFP

L’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis ont appelé samedi à la sécurisation des approvisionnements en énergie venant du Golfe, après des attaques contre des pétroliers dans cette région en proie à de fortes tensions alimentées par l’animosité entre l’Iran et les Etats-Unis.

Jeudi, des attaques ont ciblé deux tankers en mer d’Oman, environ un mois après le sabotage de quatre navires dont trois pétroliers au large des Emirats. Elles ont eu lieu près du détroit d’Ormuz par lequel transite le tiers du pétrole transporté par voie maritime dans le monde, faisant bondir les cours de l’or noir.

Les Etats-Unis ont pointé du doigt l’Iran qui a démenti. La Grande-Bretagne a elle aussi incriminé Téhéran qui a convoqué son ambassadeur pour « protester fermement contre les positions inacceptables et anti-iraniennes du gouvernement britannique ». Grand rival régional de l’Iran, l’Arabie saoudite, allié des Emirats et des Etats-Unis, a demandé une réponse « décisive » aux menaces sur l’approvisionnement énergétique « créées par les récents actes terroristes ».

Les Emirats plaident pour une « désescalade »

Les Emirats, dont l’une des façades maritimes donne sur la mer d’Oman, ont appelé la communauté internationale à « coopérer pour sécuriser la navigation internationale » et les approvisionnements en énergie venant du Golfe. Le ministre émirati des Affaires étrangères, cheikh Abdallah ben Zayed Al-Nahyane, a plaidé pour une « désescalade », sur fond de guerre des mots entre les ennemis iranien et américain.

« La région est complexe et a beaucoup de ressources, que ce soit du gaz ou du pétrole, qui sont nécessaires pour le (reste du) monde. Nous voulons que le flux de ces ressources reste sûr afin d’assurer la stabilité de l’économie mondiale », a-t-il déclaré en Bulgarie.

Le secrétaire général du Conseil de coopération du Golfe (CCG), Abdellatif al-Zayani, a qualifié les attaques de « menace directe » contre les approvisionnements en énergie et appelé les puissances mondiales à protéger les voies maritimes internationales. La veille, le président américain Donald Trump avait affirmé que « l’Iran a fait ceci », en référence aux attaques, s’appuyant sur une vidéo publiée par le Pentagone, présentée comme l’accostage d’un des tankers ciblés par une vedette des Gardiens de la Révolution, armée idéologique iranienne, qui retire une mine non explosée de la coque du pétrolier. L’Iran a rejeté comme « sans fondement » ces accusations.