Soudan: Une vidéo montrant des soldats s'attaquer à un civil devient virale

FAKE OFF Le 3 juin, des soldats ont dispersé dans le sang un sit-in de manifestants à Khartoum. Un extrait vidéo de l’attaque circule sur les réseaux sociaux. Selon des internautes, on y entendrait une femme victime d’un viol

Mathilde Cousin

— 

Un manifestant, le 3 juin, à Khartoum, la capitale du Soudan.
Un manifestant, le 3 juin, à Khartoum, la capitale du Soudan. — AP/SIPA
  • Le 3 juin, des soldats soudanais ont violemment dispersé un sit-in dans la capitale, Khartoum.
  • Un extrait vidéo de l’attaque circule sur les réseaux sociaux. Selon des internautes, on y entendrait une femme victime d’un viol.
  • La vidéo montre des soldats qui poussent à terre un civil, avant de l’emporter.

Des tirs, de la fumée et des cris aigus. Que s’est-il passé au Soudan ? Jeudi soir, un internaute a tweeté une vidéo du pays qui connaît un soulèvement populaire, violemment réprimé. « On peut entendre la fille en train de se faire violer, comment se fait-il que cela soit acceptable !!! Une nouvelle fois l’humanité nous a laissés tomber », s’exclame l’internaute.

La vidéo montre une rue, d’où s’élèvent des flammes. Des hommes, qui paraissent être de soldats, entrent et sortent de deux cours mitoyennes. Des cris, qui semblent venir d’une seule personne, se font entendre.

FAKE OFF

La vidéo a été tournée à Khartoum, la capitale du pays, le 3 juin. Elle est extraite d’une vidéo diffusée en direct sur Facebook par la chaîne Al-Jazeera.

La scène coupée par l’internaute est visible à partir de 34 minutes. En bas à droite de la vidéo, au moment où les cris se font entendre, on distingue un groupe de soldats, en partie dissimulés par des branchages et un portail, qui poussent une personne à terre et l’entourent, avant de l’emmener hors du champ de la caméra. Les cris semblent parvenir de la personne à terre. Il est impossible de déterminer son genre, en raison de la distance qui sépare la caméra de la scène.

Selon Al-Jazeera, la vidéo a été tournée sur le lieu d’un sit-in, proche du quartier général de l’armée soudanaise. Le document, qui dure un peu plus d’une heure, montre à plusieurs reprises des personnes qui semblent être des civils sortir d’un bâtiment entourées de soldats puis être emmenées en dehors du lieu de la manifestation. A la 38e minute, un homme sort en courant d’un bâtiment. Il est rattrapé par quatre soldats qui le frappent. Des soldats s’en prennent également à une construction de fortune et à un bâtiment.

120 personnes tuées depuis le 3 juin

Les forces loyales au gouvernement ont fait irruption le 3 juin pour évacuer ce lieu de protestation. Depuis le 3 juin, 120 personnes ont été tuées dans la répression des manifestants, la plupart dans la dispersion du sit-in, selon le Comité central des médecins soudanais, proche des manifestants. D’après l’AFP, les autorités ont évoqué 61 morts. Le Conseil militaire soudanais a dans un premier temps nié avoir décidé de disperser le sit-in, avant de reconnaître sa responsabilité jeudi.

Depuis le 11 avril, les militaires sont au pouvoir dans le pays, après la destitution du président Omar Al-Bachir. Des émissaires américains et de l’Union africaine sont dans la capitale soudanaise pour résoudre la crise, déclenchée en décembre.

Vous souhaitez que l’équipe de la rubrique Fake off vérifie une info, une photo ou une vidéo ? Remplissez le formulaire ci-dessous ou écrivez-nous sur Twitter :  https://twitter.com/20minFakeOff

 

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre les  fausses nouvelles. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse.