Qui succèdera au Premier ministre israélien Ehoud Olmert?

Avec agence

— 

Mme Livni, favorite selon les sondages pour succéder à M. Olmert, a pour sa part exprimé ses réserves sur la conclusion rapide d'un accord. "Le facteur temps ne doit pas nous forcer à commettre de graves erreurs en tentant de combler les divergences", a affirmé Mme Livni aux journalistes.
Mme Livni, favorite selon les sondages pour succéder à M. Olmert, a pour sa part exprimé ses réserves sur la conclusion rapide d'un accord. "Le facteur temps ne doit pas nous forcer à commettre de graves erreurs en tentant de combler les divergences", a affirmé Mme Livni aux journalistes. — Sebastian Scheiner AFP/Pool/Archives

Livni ou Mofaz? Le parti centriste Kadima vote aujourd'hui pour trouver un successeur à son chef Ehoud Olmert. Et comme Kadima est la clé de voûte de la coalition gouvernementale, ce nouveau patron sera le futur Premier ministre d’Israël. Si tout se passe bien... Décryptage.

Pourquoi ces primaires et quelles en sont les modalités?

Ehoud Olmert démissionne après sa mise en cause dans des affaires de corruption. Le scrutin est ouvert aux 74.000 membres du parti centriste dans 114 bureaux de vote à travers le pays. Reste que le taux de participation n’atteindra probablement pas les 50%, selon les médias israéliens. Pour être élu au premier tour, le futur chef de Kadima devra dépasser la barre des 40% des suffrages exprimés, faute de quoi un deuxième tour sera organisé le 24 septembre. Ces primaires sont les premières depuis la création de Kadima, par l'ex-Premier ministre Ariel Sharon, en novembre 2005.

Qui sont les candidats?
Le favori est la ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni, 50 ans. Ancienne agent du Mossad, fille de militants de l'Irgun, Livni affronte le ministre des Transports Shaul Mofaz, 59 ans, un adepte de la manière forte. Personnalité la plus populaire de Kadima, Tzipi Livni dispose d'une nette avance dans les sondages, mais le poids des appareils, déterminant dans les primaires, est souvent sous-estimé dans ces études. Et Shaul Mofaz dispose lui d'un fort soutien de la base et des élus locaux… «Je suis sûr que je gagnerai», a déclaré Mofaz à la presse. Tzipi Livni a fait profil bas et simplement exhorté les électeurs à venir en nombre. «J'appelle tous ceux qui ont le droit et le devoir de voter de le faire aujourd'hui. Venez voter». Deux autres candidats sont en lice, avec très peu de chances de l'emporter: Meïr Shetreet, ministre de l'Intérieur, et Avi Dichter, ministre de la Sécurité intérieure.

Quels sont les programmes de Livni et Mofaz?
Tzipi Livni se présente comme «Madame Propre» et promet de donner un nouveau souffle à un parti frappé par une série de scandales de corruption, affectant notamment sa direction. Elle dispose de l'appui de l'entourage d'Ariel Sharon, dans le coma depuis janvier 2006 après une attaque cérébrale foudroyante. C’est une avocate jugée pragmatique sur des dossiers comme le processus de paix et le nucléaire iranien, mais qui a eu tendance à se «droitiser» ces dernières semaines sur la question des réfugiés palestiniens.

Shaul Mofaz, ancien chef d'état-major et ex-ministre de la Défense, a axé sa campagne des primaires sur son expérience en matière de sécurité. Il prône l'option militaire contre l'Iran, rejette tout compromis avec la Syrie et préconise les liquidations ciblées contre les chefs du Hamas palestinien.

Si le parti Kadima est au centre de l'échiquier politique et accueille des gens de toute tendance, notamment des anciens travaillistes comme Shimon Peres (président du pays), on constate un virement à droite ces derniers mois. Mofaz et Livni sont des anciens du Likoud et des conservateurs patentés.

Quel avenir pour le vainqueur?
Olmert a promis de démissionner dès que le résultat sera connu (dans la nuit de mercredi à jeudi). Son successeur tentera de former un nouveau gouvernement et, s'il échoue, devra affronter lors d'élections anticipées le chef de l'opposition de droite Benjamin Netanyahu, qui dirige le Likoud, donné en tête dans l'ensemble des récents sondages d'opinion.

A cause des nombreuses formalités à remplir, la démission du Premier ministre ne devrait pas être effective avant la fin du Nouvel an juif, le 2 octobre prochain. Olmert restera à la tête d'un cabinet de transition tant qu'un autre gouvernement n'aura pas été formé.