VIDEO. Golfe: La marine américaine a assisté deux navires «attaqués» en mer d'Oman

CRISE DIPLOMATIQUE La Ve Flotte américaine, basée à Bahreïn, a indiqué avoir reçu deux appels de détresse tôt ce jeudi, mais la situation actuelle reste confuse

S.A avec AFP

— 

La télévision iranienne a diffusé jeudi des images présentées comme celles d'un incendie à bord d'un des deux navires qui auraient été attaqués dans la matinée en mer d'Oman.
La télévision iranienne a diffusé jeudi des images présentées comme celles d'un incendie à bord d'un des deux navires qui auraient été attaqués dans la matinée en mer d'Oman. — HO / IRIB TV / AFP

Que se passe-t-il dans la mer d’ Oman, qui relie la mer d’Arabie au golfe Persique ? Deux navires  auraient été les victimes d’un « incident ». Selon plusieurs médias, les deux bateaux sont les pétroliers norvégien Front Air et le Kokuka Courageous, propriété de la compagnie BSM Ship Management (Singapour). La situation reste confuse à l’heure actuelle.

Dans un premier temps, la Ve Flotte américaine  a fait état de deux « appels de détresse », tôt dans la journée, émanant de pétroliers dans le Golfe d’Oman. Selon la marine des Etats-Unis, ils auraient été la cible d’une « attaque ». « Nous sommes au courant d’une attaque signalée contre des pétroliers dans le Golfe d’Oman », a déclaré la Ve Flotte, basée à Bahreïn, dans un communiqué.

« Des forces navales américaines dans la région ont reçu deux appels de détresse distincts, à 6h12 locales et un second à 7h locales », a-t-elle ajouté. Le communiqué précise que « des navires américains sont dans la zone et prêtent assistance ».

« Deux tankers étrangers »

Plus tard, l’agence de presse officielle iranienne, Irna, a indiqué citant « une source informée » que l’Iran a porté secours jeudi à « deux tankers étrangers » ayant eu un « accident » en matinée en mer d’Oman.

« Quarante-quatre marins ont été sauvés des eaux par une unité de secours de la Marine (iranienne) de la province d’Hormozgan [sud de l’Iran] et transférés au port de Bandar-é Jask », écrit Irna. L’agence fait état d’informations de presse selon lesquelles ce deuxième navire transportait du méthanol chargé dans un port saoudien et à destination de Singapour.

L’agence de presse S & P-Platts a cité de multiples sources de transport maritime en Asie pour indiquer que l’un des pétroliers, est le Front Altair. Le navire construit en 2016 et battant pavillon des îles Marshall, avait pris feu en mer d’Oman.

Cibles d’une attaque présumée

Mais selon un communiqué de la Direction norvégienne des affaires maritimes, le pétrolier Front Altair, propriété du groupe norvégien Frontline, a été « attaqué » entre les Emirats et l’Iran. Le tanker de près de 110.000 tonnes, est actuellement en flammes et des secours sont sur place, selon elle. « Aujourd’hui, 13 juin à 06H03, le Front Altair, navire battant pavillon des Marshall, a été attaqué entre les Emirats et l’Iran », a indiqué la Direction dans un communiqué. « Trois explosions sur le navire ont été signalées. L’équipage est monté à bord d’un navire qui passait et ne serait pas blessé », a-t-elle précisé.

Le pétrolier Front Altair, cible d’une attaque présumée jeudi en mer d’Oman, n’a pas coulé, a affirmé à l’AFP le directeur général de la compagnie Frontline, propriétaire du navire. « Je peux confirmer que le navire n’a PAS coulé », a écrit Robert Hvide Macleod dans un SMS à l’AFP. Les 23 personnes qui se trouvaient à bord sont « toutes en sécurité », a-t-il ensuite précisé.

De son côté, la compagnie BSM Ship Management (Singapour) a indiqué qu’un de ses navires, le Kokuka Courageous, sous pavillon du Panama, avait été la cible d’un « incident de sécurité ». Mais selon son armateur japonais Kokuka Sangyo, le méthanier a essuyé des tirs. Ses 21 membres d’équipage ont été sauvés après l’abandon du navire, et sa cargaison de méthanol est intacte.

« Il semble que d’autres navires aient également essuyé des tirs », a déclaré le président de la compagnie, Yutaka Katada, aux journalistes à Tokyo, confirmant des informations de sa société mère de Singapour sur l' « incident de sécurité ». « Le Kokuka Courageous demeure dans la zone et ne risque pas de couler », a précisé BSM.

Prix du pétrole à la hausse

Les cours du pétrole ont brusquement grimpé après l’annonce de cet « incident » dans le Golfe d’Oman par un service d’information sur la navigation commerciale gérée par la Royal Navy.

Ce nouvel incident, le deuxième en un mois impliquant la navigation dans ce passage maritime stratégique, survient à un moment de tensions accrues entre Téhéran et Washington, qui a accusé l’Iran d’être derrière le premier incident de mai. En effet, le 12 mai, quatre navires – deux saoudiens, un émirati et un norvégien – dont trois pétroliers, avaient été endommagés par des « actes de sabotage » attribués à l’Iran par l’Arabie saoudite.

Les autorités maritimes norvégiennes ont appelé les navires du pays à faire preuve de « vigilance et prudence élevées » dans la région. « Même si la toile de fond de ces attaques n’est pas totalement claire, la Direction des affaires maritimes conseille, après l’épisode d’aujourd’hui, de se tenir jusqu’à nouvel ordre à bonne distance des eaux iraniennes », souligne le communiqué.