La tempête qui fait déborder le verre d'eau ukrainien

A. Le G. - ©2008 20 minutes

— 

L'Ukraine dans la tourmente. La coalition pro-occidentale au pouvoir a éclaté hier, ce qui pourrait déboucher sur de nouvelles élections législatives. « Je déclare officiellement la fin de la coalition des forces démocratiques au Parlement, formée par le parti Notre Ukraine-Autodéfense populaire et le Bloc Ioulia Timo­chenko », a annoncé hier le président du Parle­ment, Arseni Iatse­niouk, aux députés.

Cet événement scelle le divorce entre le parti du président Viktor Iouchtchenko et le bloc du Premier ministre, Ioulia Timochenko. Celle-ci devrait présenter sa démission et exercer ses fonctions par intérim jusqu'à la formation d'un nouveau cabinet. Mais hier, elle ne semblait pas décidée à lâcher la rampe. « Le gouvernement va travailler longtemps et avec succès, malgré toutes ces tempêtes... car c'est une tempête dans un verre d'eau », a-t-elle affirmé, optimiste, et surtout rompue aux querelles politiques avec le Président.

Ces dernières semaines, la guerre russo-géorgienne était devenue un nouveau motif d'affrontement entre les deux têtes de l'Etat, redessinant un échiquier politique hérité de la « révolution orange » de l'hiver 2004-2005. Iouch­tchenko s'est rangé du côté géorgien tandis que son ancienne alliée Timo­chenko a évité toute critique ouverte de Moscou. Deux scénarios semblent désormais possibles : une alliance entre Timochenko et les prorusses ou de nouvelles élections législatives. Le scrutin pourrait avoir lieu le 21 décembre. L'Ukraine, comme la Géor­gie, s'était portée candidate l'année dernière pour entrer dans l'Alliance atlantique. Au grand dam de la Russie, qui considère que ces deux pays appartiennent à sa zone d'influence. Faut-il voir l'oeil de Moscou dans cette nouvelle crise ukrainienne ?