Tzipi Livni bien partie pour diriger Israël

Faustine Vincent - ©2008 20 minutes

— 

Le parti centriste Kadima va voter aujourd'hui pour trouver un successeur au Premier ministre israélien, Ehoud Olmert. Tzipi Livni, qui brigue la direction de Kadima, est donnée favorite pour lui succéder et devenir la deuxième femme Premier ministre d'Israël, après Golda Meir. Considérée comme la femme la plus puissante du pays, cette avocate est actuellement ministre des Affaires étrangères après avoir travaillé pour le Mossad (1980-1984). Elle a connu une carrière politique fulgurante depuis son entrée au Parle­ment, en 1999.

Mais ses détracteurs, nombreux au sein de son propre parti, pensent que l'expérience politique lui fait défaut. Cette animosité a éclaté au grand jour en 2007, lorsqu'elle s'est positionnée en faveur d'une démission du Premier ministre après la publication d'un rapport sur les ratés de la guerre de 2006 au Liban. Cela n'empêche pas cette mère de deux enfants de dominer son rival, le ministre des Transports, Shaul Mofaz, dans les derniers sondages. En outre, sa réputation de femme intègre tranche avec celle du Premier ministre sortant.

Issue de la droite nationaliste, Tzipi Livni a mis ses idéaux de côté pour se hisser vers les sommets de Kadima, qu'elle a rejoint dès sa création, fin 2005. Mais pour couper court aux critiques sur son manque d'expérience, elle n'hésite plus désormais à droitiser son discours et à afficher sa fermeté vis-à-vis des pressions américaines pour parvenir à un accord de paix avant la fin de l'année. Mais aussi envers les Palestiniens : elle s'oppose notamment à toute installation de réfugiés en Israël.