Iran: 547 restaurants fermés à Téhéran pour atteinte à la «morale islamique»

RELIGION Ces fermetures ont eu lieu au cours des dix derniers jours lors d’une opération de lutte contre, notamment, « la publicité non conforme sur internet »

20 Minutes avec AFP

— 

Un véhicule de la police stationné dans la ville de Téhéran.
Un véhicule de la police stationné dans la ville de Téhéran. — ATTA KENARE / AFP

« Publicité non conforme sur internet », utilisation « de musique illégale » et incitation à « la débauche »… La police iranienne a annoncé samedi avoir fermé 547 restaurants et cafés à Téhéran pour atteinte à la « morale islamique ». Les forces de l’ordre « se sont occupées des propriétaires de restaurants et de cafés qui contrevenaient à la morale et […] 547 établissements ont été fermés et 11 contrevenants arrêtés », a déclaré le général Hossein Rahimi, chef de la police pour la capitale.

Selon l’agence Fars, proche des conservateurs, ces fermetures ont eu lieu au cours des dix derniers jours via une opération de lutte d’envergure. « La police veille constamment au respect des règles islamiques, et c’est là une de ses missions […] les plus importantes », a déclaré le général Rahimi, cité par le site officiel de la police nationale.

Un numéro spécial pour dénoncer les « actes immoraux »

Signe de l’attention qu’accordent les autorités à ces questions, l’agence Mizan, qui dépend de l’autorité judiciaire, a annoncé la mise en place d’un numéro spécial permettant aux Iraniens qui le désirent de dénoncer, par un simple sms, les « actes immoraux » commis dans l’espace public. L’initiative revient à Mohammad Mehdi Hajmohammadi, président d’un « tribunal de la guidance », chargé de juger à Téhéran « les crimes culturels et la corruption morale et sociale ». « Les gens aimeraient signaler ceux qui enfreignent les normes mais ils ne savent pas comment faire, a déclaré le juge à Mizan, nous avons décidé d’accélérer le traitement des cas d’actes immoraux publics ».

Lutter contre l'« invasion culturelle »

Les habitants de la capitale qui le souhaitent peuvent ainsi signaler des cas de femmes tombant leur voile en voiture, ou de personnes organisant des « soirées dansantes mixtes », ou encore ceux qui « publient du contenu immoral sur Instagram », a ajouté M. Hajmohammadi.

Pour rappel, l’alcool et les soirées mixtes sont interdites en République islamique d’Iran, où la loi impose à toutes les femmes de porter le voile dans l’espace public (ce qui inclut l’intérieur des voitures particulières). L’ayatollah Ali Khamenei, guide suprême de la République islamique appelle régulièrement à lutter contre l'« invasion culturelle », ce qui va du rock à l’occidentalisation des mœurs.

Hôtesses d'Air France refusant de se voiler lors d'escales en Iran: réactions politiques