Etats-Unis: Deux élus privés d'eucharistie car ils soutiennent l'avortement

RETROGRADE Les autorités catholiques de l’Illinois estiment que les deux parlementaires ont « coopéré dans le mal » en soutenant des lois pour l’avortement

20 Minutes avec agences

— 

Un prêtre qui donne une hostie (Illustration).
Un prêtre qui donne une hostie (Illustration). — OLIVIER MORIN / AFP

Privés d’eucharistie pour avoir soutenu l'avortement. C’est le sort réservé à deux parlementaires américains par l’Eglise de l’Illinois. Ces élus ont eu le tort de prendre position pour une loi facilitant l’IVG. Ils devront se repentir « véritablement » de « leurs graves péchés » s’ils veulent à nouveau avoir droit à l’hostie, ont annoncé ce jeudi les autorités catholiques de cet Etat du nord des Etats-Unis​.

Michael Madigan et John Cullerton, respectivement président de la Chambre des représentants et du Sénat de l’Illinois, « ont obstinément persisté à promouvoir le crime abominable (…) de l’avortement », affirme dans un décret daté du 2 juin dernier l’évêque Thomas Paprocki, qui dirige le diocèse de Springfield, dans le centre de l’Etat.

Ils auraient « coopéré dans le mal » selon l’évêque

Le décret stipule également que les parlementaires catholiques ayant « coopéré dans le mal (…) en votant pour toute législation qui promeut l’avortement, ne doivent pas se présenter pour recevoir la communion sans s’être d’abord rapprochés du Christ et de l’Eglise ».

L’eucharistie, ou communion, est un rite essentiel de la foi catholique où le fidèle reçoit l’hostie, symbole du sacrifice de Jésus-Christ.

L’avortement au centre de vives tensions aux Etats-Unis

Les deux élus démocrates ont facilité le passage de deux lois, en 2017 et 2019. La plus récente, adoptée fin mai au Sénat, stipule notamment que l’avortement est un droit fondamental pour les femmes et qu'« un ovule fertilisé, un embryon ou un fœtus n’a pas de droits indépendants ».

Le texte a été voté alors que plusieurs Etats conservateurs américains ont au contraire adopté récemment des lois très restrictives sur les interruptions volontaires de grossesse (IVG). La loi doit encore être promulguée par le gouverneur de l’Illinois pour entrer en vigueur.

Des précédents

L’évêque de Springfield avait déjà pris le même type de décret contre le sénateur démocrate Dick Durbin, qui avait empêché le passage au Congrès américain d’une loi restrictive sur l’avortement en 2018. En 2004, lors de la campagne présidentielle, des évêques catholiques avaient affirmé qu’ils auraient refusé de donner l’eucharistie au candidat catholique démocrate John Kerry parce qu’il soutenait l’avortement.

Et en 2006, la conférence des évêques américains avait rappelé qu’un texte de « préparation à recevoir la communion » citait l’avortement dans la liste des « pensées ou actions qui sont de graves violations de la loi de Dieu ».