Corée du Nord: Le dernier spectacle de masse, qui a déplu à Kim Jong-un, suspendu par Pyongyang

MAUVAISE IMPRESSION Selon certains observateurs, Kim Jong-un n’a pas apprécié que son portrait soit utilisé en arrière-plan pendant le spectacle

20 Minutes avec AFP

— 

Kim Jong-un, le 1er janvier 2019.
Kim Jong-un, le 1er janvier 2019. — KCNA VIA KNS / AFP

Il a visiblement fait mauvaise impression au leader nord-coréen. Le dernier spectacle de masse du pays​, La terre du peuple, qui n’a pas plu à Kim Jong-un, va être suspendu temporairement par Pyongyang, ont annoncé des agences de voyages spécialisées dans les circuits en Corée du Nord, ce mercredi.

La première du grand spectacle a eu lieu, ce lundi, dans le Stade du Premier Mai de Pyongyang. Elle aurait dû être suivie de représentations jusqu’en octobre.

La date de reprise des représentations toujours inconnue

Mais Kim Jong-un a « vivement critiqué » les créateurs du spectacle « pour l’esprit erroné de leur création et pour leur attitude de travail irresponsable », a rapporté mardi l’agence officielle KCNA. Des agences de voyage ont depuis été prévenues que les représentations seraient « temporairement suspendues ». Selon l’agence Koryo Tours, « les Jeux de masse seront interrompus le temps que des ajustements et des modifications soient apportés », a déclaré le directeur général Simon Cockerell. Aucun calendrier n’a été donné quant à la reprise de ce spectacle, a-t-il ajouté.

Ces « Jeux de masse » typiques du régime nord-coréen mettent en scène une foule de figurants, principalement des étudiants et des écoliers, évoluant dans des chorégraphies très élaborées. En arrière-plan, répartis sur une partie des tribunes du Stade du Premier Mai de Pyongyang, des milliers d’enfants tournent à l’unisson les pages de livres dont les couleurs composent de très impressionnants tableaux.

Le portrait de Kim Jong Un en cause ?

Des photos rendues publiques de la grande première de lundi soir montrent des artistes agitant des drapeaux ou jouant du hula-hoop en cadence autour de gigantesques fleurs posées sur le terrain de jeu du stade. « Nous sommes un ! », disait en arrière-plan le slogan monumental formé par les figurants en tribune, sur fond de parterre de fleurs dessinant un arc-en-ciel dans la silhouette de la péninsule coréenne.

« Merci, père Kim Jong-un ! », lançait un autre slogan. On ignore ce qui a justifié la colère du dirigeant nord-coréen. Mais certains observent que son portrait avait été utilisé en arrière-plan pendant le spectacle, de la même manière que ceux de ses deux prédécesseurs, son grand-père Kim Il Sung et son père Kim Jong Il. Si les portraits de ces deux derniers sont omniprésents en Corée du Nord, ceux de Kim Jong Un sont extrêmement rares et on ne connaît aucune statue de l’actuel dirigeant.