Pays-Bas: Des prisonniers ont touché une allocation chômage pendant leur détention

POLÉMIQUE La loi néerlandaise interdit pourtant tout versement d'allocations aux personnes qui sont incarcérées

20 Minutes avec agence

— 

Un couloir de prison (illustration)
Un couloir de prison (illustration) — UGO AMEZ/SIPA

C’est un nouveau couac pour l’UVW, l’équivalent de Pôle emploi aux Pays-Bas. L’émission télévisée Nieuwsuur a révélé que des prisonniers avaient touché des indemnités au titre d’une période de chômage, d’une aide à la recherche d’un emploi ou d’une pension pour incapacité de travail.

Un trafiquant de drogue doit ainsi rembourser 102.000 euros à l’organisme en raison d’une pension pour incapacité de travail qu’il n’aurait jamais dû toucher. « Il lui faudra plus de cinquante ans pour s’acquitter totalement de sa dette », déplore son avocat, cité par Les Echos.

Un organisme très critiqué aux Pays-Bas

Au total, l’erreur aurait coûté des dizaines de milliers d’euros. Aucun chiffre officiel n’a été communiqué pour l’instant. La loi néerlandaise interdit le versement d’allocations aux détenus. Ces révélations ont donc provoqué un véritable scandale dans le pays.

Pire, ce n’est pas la première fois que la gestion de l’UVW est pointée du doigt. En 2018, l’organisme a versé des allocations à des Polonais retournés vivre dans leur pays sans perdre leur emploi. De plus, l’UVW a aussi versé des pensions pour incapacité de travail à vie, uniquement pour raccourcir la liste des personnes attendant de voir leur handicap réévalué.