Etats-Unis: La couverture santé instaurée sous Obama a permis de mieux traiter des cancers

SANTE L’actuel président américain Donald Trump et son parti ont promis d’éliminer ce système s’il est réélu en 2020

20 Minutes avec agences

— 

Barack Obama à l'université de l'Illinois, le 7 septembre 2018.
Barack Obama à l'université de l'Illinois, le 7 septembre 2018. — SCOTT OLSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

La réforme du système de santé américain introduite par l’ancien président Barack Obama porte ses fruits. Selon deux études, elle a permis d’améliorer la détection précoce du cancer des ovaires et d’éliminer le déséquilibre entre les différentes origines ethniques dans le traitement de plusieurs autres cancers.

Ces conclusions, présentées à Chicago (Etats-Unis) lors de la conférence annuelle de l’American Society of Clinical Oncology (ASCO), interviennent alors que le parti républicain et Donald Trump ont promis d’éliminer ce système si l’actuel président est réélu en 2020.

400 femmes diagnostiquées en plus chaque année

La loi « Affordable Care Act » (ACA), dite « Obamacare », a permis à des millions d’Américains d’obtenir cette assurance santé qui mêle couvertures publique et privée. Elle a fait tomber le pourcentage de personnes ne disposant d’aucune assurance santé de 16 % en 2010 à moins de 12 % en 2016. « Avoir une assurance santé joue un rôle majeur dans le fait qu’une femme puisse ou non avoir accès à des professionnels de la santé qui puissent surveiller les symptômes et agir sur ces symptômes si nécessaire », a déclaré Anna Jo Smith, de l’hôpital américain Johns Hopkins, qui a mené l’étude sur le cancer des ovaires.

Comparant des données relevées avant le vote de l’ACA (2004-2009) à une période juste après (2011-2014), ses travaux concluent que les diagnostics précoces de cancer de l’ovaire ont progressé de 1,7 %. Si cette différence « peut ne pas apparaître très importante, sur les 22.000 femmes qui reçoivent le diagnostic d’un cancer des ovaires chaque année aux Etats-Unis, cela veut dire que près de 400 femmes supplémentaires ont pu recevoir le diagnostic à un stade précoce et curable ».

Extension du système « Medicaid »

Les déséquilibres entre Américains blancs et noirs en termes de diagnostic ont en outre « pratiquement disparu » après le passage d'« Obamacare ». Celui-ci a notamment permis d’étendre le système « Medicaid » couvrant les Américains les plus pauvres, selon la seconde étude menée par Amy J. Davidoff, de l’université de Yale.

Avant cette réforme, les patients afro-américains étaient moins nombreux à recevoir un traitement dans les meilleurs délais après le diagnostic « que les patients blancs ». Depuis son adoption, 6,1 % de patients noirs en plus ont reçu un traitement dans les temps, contre 2,1 % de patients blancs, ce qui a pratiquement éliminé la différence statistique.