Irak: Un neuvième Français condamné à mort pour appartenance à Daesh

JUSTICE Le tribunal a rejeté ses allégations selon lesquelles ses aveux auraient été obtenus sous la torture

F.F. avec AFP

— 

Des combattants de Daesh en Irak, le 24 février 2015
Des combattants de Daesh en Irak, le 24 février 2015 — Uncredited/AP/SIPA

Un tribunal antiterroriste de Bagdad a condamné à mort ce dimanche Vianney Ouraghi, 28 ans, 9e Français à écoper de cette peine pour appartenance au groupe djihadiste Etat islamique (EI) en Irak. Ce Français d’origine algérienne dont l’audience, initialement prévue lundi, a été avancée à ce dimanche, a reconnu devant le juge avoir « travaillé avec Daech (EI) ». « Mais je n’ai pas participé aux combats ni en Syrie ni en Irak », a-t-il ajouté.

Un peu plus tôt dans la journée, c’était au tour de Fodil Tahar Aouidate, 32 ans, d’être condamné à mort. Comme 10 autres Français et 1 Tunisien, il avait été transféré début janvier de Syrie, où il était détenu par une force kurde anti-EI, vers l’Irak, s’était ouvert le 27 mai. Le tribunal avait rejeté ses allégations selon lesquelles ses aveux auraient été obtenus sous la torture.

Human Rights Watch dénonce ces procès

Huit Français ont été condamnés à mort en quatre jours à Bagdad pour avoir rejoint le groupe djihadiste Etat islamique (EI), au cours de procès qui font débat dans leur pays d’origine.

Human Rights Watch a appelé vendredi Paris à ne pas « sous-traiter la gestion » des djihadistes français présumés « à des systèmes judiciaires abusifs », après que plusieurs Français jugés et passibles de mort en Irak ont affirmé que leurs « aveux » ont été extorqués sous la contrainte.