Palerme: Une professeure de retour après avoir été suspendue pour une comparaison entre Salvini et les fascistes

EDUCATION Elle a été accueillie par des fleurs et des applaudissements pour son retour

J.-L. D.

— 

Un tag anti-Salvini, à Palerme.
Un tag anti-Salvini, à Palerme. — G. Novello

Une professeure de l’Institut Vittorio Emanuele III, à Palerme en Italie, a fait son grand retour en classe ce lundi après s’être fait suspendre. Son tort ? Ne pas avoir remarqué que le projet d’études de ses élèves faisait un comparatif entre les lois raciales de 1938 dans l’Italie fasciste et… le décret de sécurité par le ministre de l’Intérieur Matteo Salvini, membre de la Ligue, comme le rapporte le média local Rai News.

Ses élèves lui ont acheté 15 roses rouges, une par jour de suspension, tandis que ses collègues professeurs lui ont offert une orchidée blanche. « Je continuerai d’enseigner à mes enfants à grandir, à réfléchir, à ne pas rester indifférents et à prendre soin de l’autre, à prendre conscience », a commenté l’enseignante.

De la clémence ?

Les ministres Matteo Salvini et Marco Bussetti, ministre de l’Education et proche de la Ligue du Nord, avaient annoncé une solution le 23 mai dernier, lors d’une réunion à la préfecture, mais la professeure a indiqué ne pas vouloir de clémence mais « une déclaration officielle dans laquelle il est dit qu’elle n’a commis aucune faute » ainsi qu’une réhabilitation publique qui souligne qu’elle a été injustement punie.

De longs applaudissements l’ont saluée à son retour à l’école et à l’entrée de la salle de réunion de l’Institut technique où elle est retournée enseigner. « Je suis de retour car aujourd’hui la suspension est terminée et je le fais avec joie », a-t-elle répété. Interrogée sur le fait d’en parler ou non à ses élèves, elle a répondu : « Bien sûr, ils voudront savoir même si aujourd’hui, en réalité, une leçon d’histoire était prévue ».