Donald Trump remet une coupe à Asanoyama, vainqueur du tournoi de sumo, à Tokyo le 26 mai 2019.
Donald Trump remet une coupe à Asanoyama, vainqueur du tournoi de sumo, à Tokyo le 26 mai 2019. — Brendan SMIALOWSKI / AFP

JAPON

Japon: Sumo et partie de golf pour Trump avant d'aborder les négociations commerciales

Les choses sérieuses commenceront lundi, avec une rencontre de Trump avec le nouvel empereur Naruhito, puis des discussions sur les échanges économiques entre les deux pays

Agenda sportif chargé pour Donald Trump. Le président américain a consacré la deuxième journée de sa visite d’Etat de quatre jours au Japon à une partie de golf avec le Premier ministre japonais Shinzo Abe, puis à une visite au tournoi de sumo qui s’achevait le jour même, l’occasion de remettre au vainqueur une coupe spécialement créée pour l’occasion. Une partie amicale et une séance de lutte avant de commencer les discussions officielles, qui devraient porter sur le commerce et la Corée du Nord.

Par une chaleur écrasante dès le matin, avec des températures promettant de dépasser 30 degrés, et sous un ciel sans nuages, l’hélicoptère présidentiel s’est posé sur le gazon du paisible club de golf Mobara dans le département de Chiba, près de Tokyo. Shinzo Abe, pantalon blanc et veste de sport bleue, attendait son partenaire de jeu. C’est lui qui a pris le volant de la voiturette pour accompagner son hôte vêtu lui d’un pantalon noir et d’un pull-over rouge et coiffé d’une casquette rouge arborant les lettres USA.

Ovation au tournoi de sumo

Avant ces 16 trous (l’espace des deux derniers étant occupé par des hélicoptères et l’équipe de sécurité), Donald Trump avait consacré un tweet à la Corée du Nord, dans l’intention apparente de calmer les tensions suscitées par les deux tests de missiles effectués début mai par Pyongyang, après l’échec de son deuxième sommet avec le dirigeant nord Coréen Kim Jong-un, en février à Hanoi.

Après le déjeuner, cap sur la salle du Kokugikan, dans l’est de Tokyo, où les deux dirigeants, accompagnés des premières dames japonaise et américaine, ont assisté aux cinq derniers combats du tournoi de sumo. Après une longue ovation des spectateurs, qui ont applaudi debout les invités d’honneur du jour, les deux couples ont pris place dans des fauteuils installés spécialement pour l’occasion, au lieu des coussins où les spectateurs sont normalement assis en tailleur ou agenouillés. Clou du spectacle, Donald Trump a remis une « Coupe présidentielle » d’une trentaine de kilos et de 1,4 mètre de haut au vainqueur, le Japonais Asanoyama.

Trump fustige des échanges commerciaux « déséquilibrés »

Les choses sérieuses en matière de diplomatie commenceront lundi. Le président américain sera le premier dirigeant étranger à rencontrer le nouvel empereur Naruhito, monté sur le trône du Chrysanthème le 1er mai, après l’abdication de son père Akihito. Les autres dirigeants devront attendre des festivités organisées en octobre pour avoir cet honneur.

Il aura aussi à Tokyo des discussions sur les négociations commerciales en cours entre les Etats-Unis, première économie du monde et le Japon, troisième, destinées à parvenir à un accord bilatéral. Donald Trump a d’ailleurs mis les pieds dans le plat à peine arrivé sur le sol nippon samedi, fustigeant des échanges commerciaux selon lui déséquilibrés à l’avantage du Japon.

S’il a reporté la semaine dernière de six mois l’imposition de droits de douane supplémentaires sur les importations de voitures japonaises et européennes, il a également déclaré que la dépendance des Etats-Unis envers l’industrie automobile étrangère représentait une menace pour la sécurité nationale américaine – ce qui n’a pas manqué d’irriter les géants comme Toyota.

Cela va devenir « un peu plus juste », avait ajouté samedi le président américain devant les PDG japonais, dont ceux du secteur automobile, dans une allusion aux discussions en cours. Cependant, les spécialistes n’attendent pas de résultats concrets pendant la visite présidentielle en raison de la perspective au Japon d’élections sénatoriales en juillet et de rumeurs persistantes prêtant à Shinzo Abe l’intention d’appeler aussi à des élections législatives anticipées.