Trump et Pelosi échangent des scuds, un juge déboute le président américain sur Deutsche Bank

ETATS-UNIS Le ton monte entre le président américain et la cheffe des démocrates au Congrès, qui fait face à la pression de son camp pour lancer une procédure préliminaire d'impeachment

P.B.

— 

La cheffe des démocrates au Congrès, Nancy Pelosi, et Donald Trump, le 22 mai 2019 (photomontage).
La cheffe des démocrates au Congrès, Nancy Pelosi, et Donald Trump, le 22 mai 2019 (photomontage). — Sipa/AP

Ils devaient discuter d’un vaste plan de dépenses pour les infrastructures. C’est raté. La réunion entre Donald Trump et Nancy Pelosi a viré au règlement de comptes à distance, mercredi. Alors que la Maison Blanche bloque toujours le témoignage de plusieurs personnes convoquées par le Congrès à la suite du rapport Mueller, la speaker de la Chambre a accusé Donald Trump de tentative de « cover-up » (opération de dissimulation pour camoufler une faute grave ou un crime). Le président américain a riposté lors d’une conférence de presse improvisée, dénonçant une « enquête bidon ».

Nancy Pelosi s’est exprimée mercredi matin à l’issue d’une réunion avec des responsables démocrates. Plusieurs élus, notamment Maxine Waters, Alexandria Ocasio-Cortez et David Cicilline, ont réclamé l’ouverture de la procédure d’impeachment contre le président américain. L’idée n’est pas tant de voter tout de suite sur une destitution que de donner du poids à l’enquête sur Donald Trump. Mais Nancy Pelosi continue de jouer la montre, estimant qu’un impeachment, qui n’a aucune chance d’aboutir à une destitution sans soutien républicain au Sénat, pourrait se retourner contre les démocrates lors de la présidentielle de 2020 si les électeurs l’assimilent à de l’acharnement.

« Pas de collusion ni d’obstruction »

Nancy Pelosi et le patron de la minorité démocrate au Sénat, Chuck Schumer, ont ensuite participé à une réunion avec Donald Trump à la Maison Blanche pour parler infrastructures. Mais elle a tourné court, et le président américain, visiblement irrité, s’est exprimé devant les caméras lors d’une conférence de presse de dernière minute. Il a exhorté les démocrates à mettre un terme à leur « enquête bidon ».

« Il n’y a pas eu de collusion ni d’obstruction », a-t-il martelé, estimant que le rapport Mueller l’avait blanchi et qu’il était temps de passer à autre chose. Mais le procureur spécial a refusé de trancher sur la question de l’obstruction à la justice, renvoyant la balle au Congrès. Ce dernier a donc convoqué certains témoins clés et tente de convaincre Robert Mueller de venir s’exprimer lors d’une séance publique pour clarifier son rapport. La Maison Blanche, elle, freine des quatre fers, mais un juge a tranché en faveur des démocrates, mardi, refusant de bloquer leur demande sur les finances de Donald Trump.

Trump débouté par un juge sur Deutsche Bank

Un juge fédéral a rejeté mercredi soir la demande de Donald Trump et de son groupe d'empêcher Deutsche Bank et Capital One de communiquer au Congrès des informations le concernant. Les élus démocrates du Congrès s'intéressent aux relations entre Donald Trump et Deutsche Bank, l'une des rares grandes banques à avoir continué à lui prêter de l'argent après une série de dépôts de bilan durant les années 1990.

Lundi, le New York Times a rapporté que la direction de Deutsche Bank avait étouffé des signalements émanant de ses propres salariés concernant Donald Trump et son gendre, Jared Kushner. Selon le journal, des employés de l'établissement allemand auraient recommandé en 2016 et 2017 que plusieurs opérations impliquant des entités juridiques contrôlées par Donald Trump ou Jared Kushner soient signalées au Trésor américain, comme déclarations de soupçons de blanchiment.