Toulouse: Persécutées par Daesh en Irak, 28 femmes yazidies accueillies à Blagnac

REFUGIES Ces femmes et ces enfants de la minorité yazidie, celle de Nadia Murad, prix Nobel de la Paix, sont accueillies ce mercredi soir à Blagnac avant d’être prises en charge dans différents départements français

B.C. avec AFP

— 

Des familles irakiennes de la communauté yazidie déplacées, près de la frontière irako-syrienne dans le nord du pays, le 13 aout 2014
Des familles irakiennes de la communauté yazidie déplacées, près de la frontière irako-syrienne dans le nord du pays, le 13 aout 2014 — Ahmad Al-Rubaye AFP

Elles doivent poser le pied sur le tarmac de l'aéroport de Toulouse-Blagnac ce mercredi soir. Persécutées en Irak par le groupe Etat islamique, 28 femmes yazidies et leurs enfants vont être accueillies en France dans le cadre d'un programme d'accueil des réfugiés a indiqué le Quai d'Orsay.

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a mis sur pied ce vol affrété depuis Erbil, au sid-est de Mossoul, et financé par le ministère de l’Europe et des affaires étrangères.

Le 19 décembre dernier, 16 familles avaient déjà été prises en charge. Selon le Quai d'Orsay, cela répond à l’engagement pris par Emmanuel Macron auprès de Nadia Murad, prix Nobel de la paix 2018, d'accueillir cent familles yézidies victimes des crimes commis par le groupe Etat islamique. 

Ces femmes, membres de la minorité kurdophone yazidie, ont été durement érprouvées. Cette communauté comptait encore 500.000 personnes en 2014 au Sinjar, avant d'être la cible des exactions des djihadistes. Les hommes ont été massivement tués, les adolescents enrôlés de force et les femmes réduites à l'état d'esclaves sexuelles.

Elles seront prises en charge dans différents départements français et bénéficieront d'une protection, d'un accès à l'éducation pour leurs enfants ainsi que d'un accompagnement médico-social.

«Cette démarche s’inscrit dans la volonté renouvelée de la France de mettre en place, en lien avec les autorités irakiennes, des facilités pour l’accueil des victimes de violences ethniques et religieuses au Moyen-Orient», indique le ministère des Affaires étrangères.