Huawei: Google coupe les ponts avec le constructeur chinois, qui ne pourra plus se servir d'Android

GUERRE COMMERCIALE Huawei pourra au mieux installer sur ses téléphones la version « open source » d’Android

20 Minutes avec agences

— 

Image d'illustration de la marque chinoise de télécoms Huawei.
Image d'illustration de la marque chinoise de télécoms Huawei. — Caro / Ruffer /SIPA

Google prend ses distances avec la Chine. Le géant américain, dont le système Android équipe une grande partie des smartphones Huawei, a indiqué ce dimanche qu’il suspendait ses relations avec le constructeur chinois.

Donald Trump a interdit la semaine dernière aux groupes américains de commercer, en matière de télécommunications, avec des entreprises étrangères jugées dangereuses pour la sécurité nationale. Huawei fait donc partie des sociétés jugées « à risque », et une autorisation du ministère du Commerce est nécessaire pour engager des partenariats avec elle.

Des soupçons d’espionnage

Le décret concerne notamment les partages de technologie. Une mesure importante pour Google, qui collabore avec de nombreux fabricants de smartphones étrangers. Huawei ne pourra donc plus accéder aux services et applications appartenant à Google, comme Gmail. Seule la version « open source » d’ Android sera toujours accessible.

Huawei a dénoncé des « restrictions déraisonnables qui empiéteront sur [ses] droits ». L’entreprise chinoise est depuis longtemps soupçonnée d’espionnage par les autorités américaines. La Chine aurait contribué à sa spectaculaire expansion internationale, selon le gouvernement américain. Au premier trimestre 2019, Huawei a vendu 59,1 millions de smartphones, plus que l’américain Apple mais toujours moins que Samsung, son concurrent sud-coréen.