Indonésie: Le Français Félix Dorfin condamné à mort pour «trafic de drogue», Paris «préoccupé»

SENTENCE Le trentenaire originaire de Béthune compte faire appel de cette décision, selon son avocat

20 Minutes avec AFP

— 

Félix Dorfin, suspecté d'avoir transporté de la drogue sur l'île de Lombok, le 3 février 2019 à Mataram.
Félix Dorfin, suspecté d'avoir transporté de la drogue sur l'île de Lombok, le 3 février 2019 à Mataram. — SADIM / AFP

La France s’est dite « préoccupée » par la condamnation à mort en Indonésie d’un ressortissant français reconnu coupable de trafic de drogue, a déclaré lundi la porte-parole du ministère des Affaires étrangères dans un communiqué. Le Français Félix Dorfin a été condamné ce lundi à la peine de mort par un tribunal indonésien allant au-delà des réquisitions du parquet qui avait demandé vingt ans d’emprisonnement.

« Nous déclarons Félix Dorfin coupable (…) d’avoir importé de la drogue (…) nous condamnons Félix Dorfin à la peine de mort et lui ordonnons de rester en détention », a déclaré le juge Isnurul Syamsul Arif du tribunal de Mataram, sur l’île de Lombok. Il rejoint un autre Français dans le couloir de la mort en Indonésie, Serge Atlaoui, condamné en 2007 également pour trafic de drogue et toujours incarcéré.

Une valise à double fond

Le trentenaire originaire de Béthune, barbu, vêtu d’une chemise bleu pâle et de la veste rouge de sa prison, est resté impassible au moment du verdict mais il compte faire appel, a indiqué son avocat. Félix Dorfin avait été interpellé fin septembre à l’aéroport de Lombok – une île touristique proche de Bali – en provenance de Singapour avec en sa possession quelque trois kilos d’ecstasy, d’amphétamines et de kétamine dissimulés dans une valise à double fond.

Cette sentence est inattendue puisque le parquet avait requis vingt ans de privation de liberté et une amende de 10 milliards de roupies (700.000 dollars) ou, à défaut, une année de prison supplémentaire. Mais il arrive que les juges aillent au-delà des réquisitions en Indonésie. Le juge a pris en compte comme facteurs aggravants le fait que Félix Dorfin fasse partie d’un réseau de trafic de drogue et la quantité importante de drogue en sa possession.

Une cavale de onze jours

Le Français a été défendu par un avocat commis d’office après s’être séparé de ses deux premiers avocats. « Félix Dorfin est sous le choc », a indiqué son avocat, Deny Nur Indra, à l’AFP. « Il ne s’y attendait pas du tout puisque le parquet avait demandé seulement vingt ans ». L’avocat a décrit son client comme « une victime » qui ne savait pas ce qu’il transportait.

« S’il avait su quelle était la cargaison, il ne l’aurait pas amenée ici », a assuré l’avocat. Félix Dorfin avait réussi en janvier à s'évader du centre de détention de la police et était parti en cavale pendant onze jours. Finalement retrouvé dans une forêt du nord de l’île de Lombok où il se cachait, il avait été arrêté le 1er février par des policiers qu’il avait, selon eux, tenté de soudoyer.

Les trafiquants de drogue encourent de longues peines de prison, voire la peine capitale en Indonésie, le pays musulman le plus peuplé au monde, qui a fait de la lutte contre la drogue l’une de ses priorités. Jakarta a condamné à mort 48 personnes l’an dernier dont 15 étrangers jugés coupables de trafic de drogue, selon les statistiques compilées par Amnesty International. Fin 2018, il y avait en Indonésie 308 condamnés dans le couloir de la mort même s’il n’y a pas eu d’exécutions depuis 2016 dans ce pays.