Brexit: Theresa May annonce qu'elle va faire une «offre audacieuse» (de la dernière chance)

ROYAUME-UNI « Je crois toujours qu’il est possible d’obtenir une majorité au Parlement pour une sortie (de l’UE) avec un accord », écrit la Première ministre dans une tribune

20 Minutes avec AFP

— 

La Première ministre britannique Theresa May à Bruxelles, le 11 avril 2019.
La Première ministre britannique Theresa May à Bruxelles, le 11 avril 2019. — Francisco Seco/AP/SIPA

La Première ministre britannique Theresa May a indiqué dimanche qu’elle se préparait à faire une « offre audacieuse » aux élus, dans une dernière tentative pour leur faire accepter son accord de sortie de l’Union européenne.

Dans une tribune publiée dimanche dans le Sunday Times, Theresa May affirme qu’elle entend présenter devant les élus au début du mois prochain sa nouvelle proposition, assortie de certains changements dans l’espoir de rassembler une majorité en sa faveur.

 

L’opposition travailliste a rompu les discussions

Les députés ont rejeté par trois fois l’accord sur le Brexit négocié par Theresa May avec l’Union européenne, dont la date de départ a été repoussée du 29 mars au 12 avril et ensuite au 31 octobre. « Je crois toujours qu’il est possible d’obtenir une majorité au Parlement pour une sortie (de l’UE) avec un accord », écrit la Première ministre. Elle assure que le texte qui sera soumis aux élus est une « offre nouvelle et audacieuse » avec un « package amélioré de mesures, capable d’obtenir le soutien » du Parlement.

L’opposition travailliste a rompu vendredi les discussions avec la Première ministre britannique destinées à trouver une solution pour mettre en œuvre le Brexit, arguant de la « faiblesse » de Theresa May, sommée par son parti de préparer son départ.

A l’issue d’une rencontre mardi avec Jeremy Corbyn, la Première ministre avait annoncé qu’elle se risquerait à un nouveau vote début juin. Les députés devront se prononcer sur un projet de loi sur le Brexit qui fixera les modalités législatives du divorce, et non sur l’accord lui-même.

« Voter pour concrétiser le Brexit ou se dérober à nouveau »

Ce tour de passe-passe permet à la Première ministre de remettre à l’ordre du jour par la petite porte son accord de Brexit. « Lorsque les députés voteront, ils seront confrontés à un choix très clair : voter pour concrétiser le Brexit ou se dérober à nouveau », avait déclaré vendredi la cheffe du gouvernement.

Le Labour défend le maintien dans une union douanière européenne – qui instaure une politique douanière et commerciale commune – quand Theresa May a toujours affirmé vouloir en sortir pour permettre à son pays de conclure librement des accords commerciaux avec des pays tiers. Les travaillistes « n’excluent pas » la tenue d’un second référendum afin d'« éviter une sortie sans accord », a aussi déclaré leur chef, en déplacement vendredi dans le nord de Londres.