Pakistan: Panique dans un village après une flambée de VIH

SIDA Les enquêteurs soupçonnent un médecin séropositif, incarcéré, d'usage répété d'une seringue contaminée

20 Minutes avec AFP

— 

Tests de dépistage du VIH le 9 mai 2019 à Rato Dero dans la province du Sindh au Pakistan.
Tests de dépistage du VIH le 9 mai 2019 à Rato Dero dans la province du Sindh au Pakistan. — RIZWAN TABASSUM / AFP

Dans un village pauvre du Pakistan, des parents attendent anxieusement que leurs enfants passent un test de dépistage du VIH : des centaines de personnes de la région ont récemment été testées positives, semble-t-il à la suite de l’usage répété par un médecin d’une seringue contaminée.

La police a été dépêchée pour maintenir l’ordre parmi la foule tendue, tandis que les familles se pressent dans le centre d’analyse mis en place à Wasayo, près de la ville de Larkana, dans la province du Sindh au sud du pays.

Médecin en prison

La colère et la peur sont palpables dans ce village durement frappé par l’épidémie. Les autorités disent ignorer pour l’instant si elle est due à des négligences graves ou aux pratiques d’un pédiatre malintentionné.

Les enquêteurs travaillant sur le dossier affirment que le médecin mis en cause est lui-même séropositif. Emprisonné dans une cellule délabrée dans la ville de Ratodero, il nie avoir inoculé sciemment le virus aux patients et se plaint d’être détenu au côté de criminels de droit commun.

Propagation rapide de la maladie

Le Pakistan a longtemps été considéré comme un pays où la prévalence du VIH était faible. Mais le virus se propage désormais à un rythme inquiétant, en particulier chez les toxicomanes et chez les travailleurs du sexe. Avec quelque 20.000 nouveaux cas de séropositivité recensés pour la seule année 2017, le rythme de propagation de la maladie au Pakistan est le 2ème plus rapide en Asie, selon des statistiques de l’Onu.

Le pays, dont la population est en croissance rapide, souffre déjà d’un manque d’infrastructures médicales, longtemps négligées par les autorités. Si bien que les communautés rurales pauvres sont particulièrement vulnérables face aux pratiques médicales douteuses.

600.000 charlatans dans le pays

« Selon certaines données gouvernementales, environ 600.000 charlatans sont actifs dans le pays et environ 270.000 pratiquent dans la province du Sindh », a indiqué l’agence Onusida dans un communiqué.

Des responsables provinciaux du secteur de la santé notent que les patients sont particulièrement exposés aux contaminations et aux virus par le biais d’injections. « Pour économiser de l’argent, ces charlatans feront des piqûres à plusieurs patients avec une seule seringue. Cela pourrait être la cause principale de la multiplication des cas », estime Sikandar Memon, qui gère le programme anti-sida pour le compte de la province.

Réutilisation des seringues

La présence de nombreux escrocs, combinée à « la réutilisation des seringues, à des transfusions sanguines à risque et d’autres pratiques médicales hasardeuses » ont conduit à l’envolée du nombre de contaminations au VIH ces dernières années, confirme Bushra Jamil, experte en maladies infectieuses à l’université Aga Khan à Karachi.

« La profusion de mauvaises pratiques médicales sans contrôles efficaces provoque des épidémies à répétition au Pakistan », souligne Mme Jamil.

Familles désarmées

Pour les familles des personnes infectées, l’enjeu n’est pas tant les progrès de l’enquête que l’accès à une meilleure information et aux traitements nécessaires pour prévenir l’apparition du sida.

« Nous ne savons pas quoi faire. J’ai d’autres enfants et j’ai peur qu’ils attrapent la maladie », confie une autre mère dont la fille a également été récemment testée positive. « Faites-nous parvenir des médicaments pour nos enfants, pour qu’ils puissent être soignés », supplie-t-elle. « Sinon tous nos enfants vont mourir, n’est-ce pas ? »