Corée du Nord: Donald Trump se rendra à Séoul fin juin

COREE DU NORD Le président américain se rendra en Corée du Sud fin juin pour tenter d'avancer sur l'épineux dossier de la dénucléarisation de la péninsule coréenne

20 Minutes avec AFP

— 

Le président américain Donald Trump et son homologue sud-coréen Moon Jae-In, en marge de l'Assemblée générale de l'ONU, le 24 septembre 2018.
Le président américain Donald Trump et son homologue sud-coréen Moon Jae-In, en marge de l'Assemblée générale de l'ONU, le 24 septembre 2018. — Evan Vucci/AP/SIPA

Le président américain Donald Trump se rendra en juin en Corée du Sud pour rencontrer son homologue Moon Jae-in et discuter du dossier nucléaire nord-coréen, actuellement dans l'impasse, a annoncé mercredi la Maison blanche. Il s'agira de la seconde entrevue des deux chefs d'Etat depuis le fiasco du second sommet entre M. Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, en février à Hanoi.

La visite de Donald Trump s'inscrira dans le cadre de son déplacement au Japon où se déroule un sommet du G20 les 28 et 29 juin. Les deux hommes «vont poursuivre la coordination étroite des efforts pour parvenir à la dénucléarisation complète et totalement vérifiée de la République populaire démocratique de Corée», indique la Maison blanche en citant le nom officiel du régime nord-coréen, sans préciser de date à cette escale sud-coréenne.

Extraordinaire détente

Elu il y a deux ans, au moment où la péninsule coréenne était au bord de la guerre nucléaire, M. Moon, qui a toujours défendu le dialogue avec le Nord, a été un grand artisan de l'extraordinaire détente apparue l'année dernière, et qui a permis deux sommets historiques entre MM. Trump et Kim.

Mais s'ils sont deux alliés très proches, Séoul et Washington ont semblé parfois ne pas être totalement en phase sur l'approche à adopter vis-à-vis de Pyongyang. Une divergence encore illustrée dans la façon dont la Corée du Sud a présenté la prochaine rencontre entre MM. Trump et Moon.

Formule vague

Dans un communiqué, la présidence sud-coréenne a expliqué que les deux dirigeants discuteraient de «l'établissement d'un régime de paix durable au travers de la dénucléarisation complète de la péninsule coréenne», et pas uniquement du Nord. 

La «dénucléarisation de la péninsule coréenne» était le terme utilisé dans la déclaration commune signée par MM. Trump et Kim lors de leur premier sommet, en juin à Singapour. Mais c'est une formule très vague qui se prête à de nombreuses interprétations possibles. Et le processus diplomatique entre Washington et Pyongyang s'est enlisé ces derniers mois en raison d'un désaccord sur le sens de cette formule. 

Second sommet avorté

Par le passé, la Corée du Nord a pu avancer que la dénucléarisation incluait le retrait du parapluie nucléaire américain et des 28.500 militaires américains stationnés au Sud. Le second sommet entre MM. Trump et Kim a avorté à Hanoi en raison de l'incapacité des deux hommes à se mettre d'accord sur les concessions que Pyongyang devrait faire en échange de la levée des sanctions internationales.

L'annonce de cette rencontre intervient une semaine après le lancement par Pyongyang de deux missiles de courte portée, le deuxième essai militaire en moins d'une semaine. Il s'agissait d'une première en un an et demi.