Enquête sur la Russie: Donald Trump Jr. accepte de témoigner devant le Sénat

ETATS-UNIS Les élus l'ont convoqué pour qu'il s'explique sur des déclarations potentiellement contradictoires

P.B. avec AFP

— 

	Donald Trump et son fils Donald Trump Jr. à New York, le 11 novembre 2017.
Donald Trump et son fils Donald Trump Jr. à New York, le 11 novembre 2017. — Timothy A. CLARY / AFP

Le feuilleton n’est pas terminé. Donald Trump Jr. a finalement accepté d’être entendu par une commission du Sénat américain en juin dans le cadre de l’enquête russe, ont rapporté mardi des médias américains. La Chambre, elle, a formellement convoqué l’ex-conseiller juridique de la Maison Blanche, Don McGahn, un témoin-clé pour régler la question d’une éventuelle obstruction à la Justice.

La commission du Renseignement, contrôlée par les républicains, a convoqué le fils aîné de Donald Trump pour revenir sur certains points de l’enquête du procureur spécial Robert Mueller qui s’est conclue par l’absence de preuves de collusion entre Moscou et l’entourage de Donald Trump pendant la campagne de 2016. La commission veut notamment l’interroger sur ses déclarations potentiellement contradictoires au sujet d’un projet de Trump Tower à Moscou.

Gérant les affaires familiales à la tête de la Trump Organization, Donald Trump Jr., 41 ans, s’était déjà présenté volontairement pour une longue audition au Sénat en 2017. Mais cette fois, la commission a dû faire usage de ses pouvoirs d’investigation pour le convoquer. L’audition aura lieu début ou mi-juin et pourrait se tenir à huis clos, selon les sources. Elle aura une durée limitée à quelques heures et ne portera que sur cinq ou six sujets.

Un témoin-clé convoqué

En parallèle, les démocrates ont officiellement convoqué mardi l’ex-conseiller juridique de la Maison Blanche, Don McGahn, à une audition à la Chambre des représentants le 21 mai, à 10H00 augurant d’une nouvelle bataille avec Donald Trump qui s’est dit opposé à sa comparution. Don McGahn, qui a démissionné en octobre 2018, n’a pas encore répondu à la convocation de la commission judiciaire de la Chambre.

Robert Mueller a exonéré Donald Trump des soupçons de collusion avec Moscou. Dans son rapport, il a toutefois détaillé une dizaine de pressions troublantes exercées par le président républicain sur son enquête, renvoyant la balle au Congrès sur la question de l’obstruction à la justice. Selon son rapport, le président américain aurait demandé à son conseiller juridique d’obtenir la tête de Mueller, mais McGahn aurait refusé d’obtempérer. Son témoignage serait scruté de près : lors du Watergate, l’ancien conseiller juridique de Nixon, John Dean, avait directement impliqué le président américain devant le Congrès, précipitant sa chute.