Pologne: Un film choc sur l’Eglise catholique pousse le gouvernement à alourdir les peines pour pédophilie

SCANDALE « La pédophilie a été traitée par notre système judiciaire de façon trop modérée », a déclaré à la presse le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki

20 Minutes avec AFP

— 

Un prêtre qui donne une hostie (Illustration).
Un prêtre qui donne une hostie (Illustration). — OLIVIER MORIN / AFP

Le documentaire de plus de deux heures sur l’Eglise catholique a été visionné depuis samedi 12,7 millions de fois sur YouTube. Une audience qui a fait office d’électrochoc pour le gouvernement conservateur polonais qui a annoncé ce mardi qu’il aggraverait les peines pour pédophilie.

La peine pour viol de mineur, allant actuellement jusqu’à quinze ans de prison, doit être portée jusqu’à trente ans, une fois le projet adopté par le Parlement. Le gouvernement veut également interdire les réductions de peine et les libérations par anticipation en ce qui concerne les pédophiles et enfin passer l’âge minimum de consentement de 15 à 16 ans. Quant aux affaires de pédophilies présentées dans le film, elles devraient faire l’objet d’une enquête du parquet.

L’adoption du projet ne fait aucun doute

« La pédophilie a été traitée par notre système judiciaire de façon trop modérée », a déclaré à la presse le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki, qui a présenté ces propositions avec le ministre de la Justice. Et l’adoption du projet ne fait aucun doute, le parti au pouvoir Droit et Justice (PiS) disposant d’une majorité absolue et disciplinée. Le Parlement doit débattre de ces propositions dès demain, mercredi.

Le gouvernement conservateur, proche de l’Eglise catholique, a présenté ces propositions trois jours après la publication de Seulement ne le dis à personne, documentaire choc présentant sobrement des rencontres de victimes de prêtres pédophiles avec ces derniers. Au-delà du récit direct, personnalisé, de crimes commis par des ecclésiastiques, le film du journaliste indépendant Tomasz Sekielski met en cause la hiérarchie épiscopale pour la faiblesse – voire l’absence – des sanctions face aux cas de pédophilie.

Ce documentaire a été filmé en partie avec une caméra cachée. Plusieurs prêtres interrogés, aujourd’hui très âgés, demandent pardon pour leur comportement, voire proposent de l’argent à leurs victimes. Malgré de multiples demandes des auteurs du documentaire, aucun haut responsable n’a souhaité se prononcer devant la caméra. A deux semaines des élections européennes, le film pourrait nuire au PiS, parti au pouvoir depuis 2015, qui affiche son identité catholique et son alliance avec l’épiscopat.